La consommation d’alcool des Russes a presque diminué de moitié en 13 ans

Un verre d'alcool type tequila
Getty Images

Oubliez le stéréotype de l’homme russe alcoolisé ! Un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique qu’entre 2003 et 2016, la consommation d’alcool de la population russe a diminué de 43%.

Jusqu’ici, les Russes figuraient parmi les plus gros buveurs d’alcool du monde. Le problème de l’alcoolisme dans le pays était d’ailleurs l’un des principaux facteurs de la mortalité russe, en particulier chez les hommes. En 2018, leur espérance de vie à la naissance ne dépassait pas 68 ans (contre 78 ans pour les femmes).

Un plan pour lutter contre la consommation d’alcool

Selon l’OMS, la baisse spectaculaire de la consommation d’alcool russe est imputable aux campagnes en faveur d’une meilleure hygiène de vie, et aux mesures de contrôle mises en place par le gouvernement du Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

En 2015, son cabinet a en effet mis en oeuvre un plan pour lutter contre la consommation excessive d’alcool, avec l’objectif de réduire de moitié la consommation globale d’alcool d’ici 2020. Il prévoyait notamment l’interdiction de la publicité pour les alcools forts, l’augmentation des taxes sur les alcools, et des interdictions de vente de produits alcoolisés entre certaines heures. De même, boire de l’alcool sur la voie publique a été prohibé, les contrevenants s’exposant à de très lourdes amendes.

La tendance du “healthy”

En parallèle, les Russes n’ont pas échappé à la tendance globale du “healthy”, qui acoïncidé avec l’expansion de la classe moyenne dans le pays. Toutefois, il faudraplus de temps pour que cette promotion d’un mode de vie sain s’impose dans lescampagnes russes, où les alcools bon marché et les productions “maison” sontencore monnaie courante.