‘La Chine aurait retenu des fournitures médicales avant d’avoir sonné l’alerte’

Un rapport du ministère de la Sécurité Intérieure indique que la Chine aurait dissimulé la sévérité du Covid-19 au début de la pandémie en tout état de cause. Pendant ce temps, le pays stockait des importations et diminuait ses exportations de produits médicaux.

‘La Chine a probablement réduit ses exportations de fournitures médicales avant sa notification de janvier à l’OMS (Organisation mondiale de la santé) selon laquelle le Covid-19 est une infection’, indique le rapport, selon une source de CNN.

Ce rapport diffusé au sein du gouvernement fédéral vendredi évalue les données sur les exportations et les importations au début de l’année. Dimanche, le secrétaire d’État Mike Pompeo a intensifié les déclarations de l’administration selon lesquelles la Chine a déployé des efforts pour cacher l’étendue de la propagation du coronavirus… Tout en stockant des fournitures médicales.

‘Vous avez les faits juste comme il faut’, a déclaré Pompeo au média ABC. ‘Nous pouvons confirmer que le Parti communiste chinois a fait tout ce qu’il a pu pour s’assurer que le monde n’apprenne pas à temps ce qui se passait’.

Une transparence souvent remise en cause

C’est donc un nouveau coup de poing américain à la Chine alors que Donald Trump réfléchit à lui infliger des sanctions douanières.

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1257041820124680192

Certes, la transparence de la Chine est souvent remise en question. Elle pourrait ainsi avoir dissimulé son vrai nombre de morts liés au Covid-19, et elle est accusée d’avoir muselé la liberté de la presse afin de maintenir sa mainmise sur la situation. Une censure qui aurait par ailleurs aggravé la pandémie. Enfin, il y a également cette théorie selon laquelle le virus proviendrait d’un accident (ou pas) d’un laboratoire à Wuhan, là où a démarré l’épidémie. Parmi les disciples de cette hypothèse, on retrouve un Donald Trump particulièrement convaincu.

Il convient toutefois de se demander si le prédisent américain n’est pas tout blanc dans cette affaire. Chercher des boucs émissaires fait partie des ses meilleures qualités. Or, il a lui-même minimisé la menace du coronavirus à de nombreuses reprises et laissé entendre que le virus ne poserait pas de problème aux États-Unis. Trump a également fait l’éloge du président chinois Xi Jinping pour sa gestion de la crise alors qu’il cherchait à préserver un accord commercial avec les Chinois. C’était, semble-t-il, il y a une éternité face au discours d’aujourd’hui.

Prudence

Le rapport du gouvernement américain indique par ailleurs que ‘dans ses communications, la Chine a intentionnellement dissimulé son activité commerciale en niant publiquement n’avoir jamais imposé une interdiction d’exportation de masques et autres fournitures médicales’.

‘C’est le genre de choses qui ont provoqué cette énorme crise et d’énormes pertes humaines et économiques dans le monde entier’, a déclaré Mike Pompeo. Sur Twitter, il va plus loin et affirme que ‘la Chine a l’habitude d’infecter le monde et de gérer des laboratoires de qualité inférieure. Ce n’est pas la première fois que le monde est exposé à des virus à la suite de défaillances dans un laboratoire chinois.’ À la limite du politiquement correct.

Sauf qu’il est difficile de conclure si les actions du gouvernement chinois étaient malveillantes. ‘Il est raisonnable de conclure que, sur la base de l’épidémie, avant qu’elle ne soit déclarée, la Chine reconnaîtrait des mesures clés pour déterminer les besoins en matière d’équipement de protection individuelle’, a déclaré la source proche du gouvernement à CNN. Bref, la Chine aurait peut-être simplement voulu assurer ses arrières en ces temps incertains.

Pompeo tape sur le clou

Mais la prudence, les États-Unis l’ont oubliée depuis un bon moment avec la Chine. Pompeo a ainsi indiqué dimanche que certains efforts du Parti communiste chinois étaient publics, comme le fait de ne pas autoriser les professionnels médicaux américains à entrer dans les laboratoires de Wuhan, et de réduire les scientifiques au silence. ‘Le président Trump est très clair, nous allons tenir les coupables responsables et nous le ferons selon un calendrier qui nous est propre’, a-t-il affirmé.

Le temps (et les services de renseignement américains) nous diront si l’épidémie de coronavirus tient bien ses origines dans un laboratoire de Wuhan ou dans des causes naturelles, comme l’estime l’Organisation Mondiale de la Santé. Pour sa part, le bureau du directeur du renseignement national américain a déjà déclaré jeudi être ‘d’accord avec le large consensus scientifique selon lequel le virus Covid-19 n’a pas été fabriqué par l’homme ou génétiquement modifié’.

Interrogé sur cette conclusion, Mike Pompeo a bien déclaré qu’il n’avait ‘aucune raison de ne pas croire’ les renseignements américains. Mais ça ne l’empêche pas de lancer de nouvelles accusations.

‘Nous avons dit dès le début que c’était un virus qui provenait de Wuhan, en Chine. Nous avons beaucoup souffert de l’extérieur pour cela, mais je pense que le monde entier peut le voir maintenant’, a affirmé Mike Pompeo. ‘Il y a une quantité importante de preuves que cela vient de ce laboratoire à Wuhan’. Pour la cohérence, on repassera.

Lire aussi:

Plus
My following
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20