Un rapport européen accable la Chine et la Russie pour leur rôle dans la crise

22 avril, Bruxelles: Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion des ministres européens des affaires étrangères.

Un nouveau rapport de l’UE est inexorable en ce qui concerne l’influence russe et chinoise sur la crise du coronavirus. Le commissaire européen aux affaires étrangères, Josep Borrell, est venu expliquer aux fonctionnaires européens qu’il n’était pas plié à la pression chinoise.

Des questions importantes se posent au Parlement européen: les fonctionnaires européens, sous la pression politique, critiquent-ils la Chine dans un rapport sur les fake news et le coronavirus ? Tout le laissait croire, car deux versions de ce rapport ont commencé à circuler et ont fait l’objet de fuites dans la presse. En outre, certains passages semblent avoir été sérieusement remaniés.

‘Ce n’est pas vrai qu’il y avait de la pression. Il n’y a en aucun cas eu d’ordre de modifier ce rapport’, a déclaré M. Borrell, responsable de la politique étrangère de l’UE. ‘Le service diplomatique européen n’a certainement pas dilué le rapport sous la pression chinoise’. Il a également souligné que la désinformation devient de plus en plus une arme dans cette crise.

Sauf que le rapport ne ment pas: la Russie et la Chine jouent toutes deux un rôle écrasant dans la diffusion de la propagande et des fausses informations. Et l’Europe ne réussit pas à réagir avec force.

Il s’agit d’une tentative systématique de réfuter et de dissimuler de toutes les manières possibles l’implication et la responsabilité de la Chine dans la gestion du coronavirus. Et de toutes les manières possibles, l’aide que la Chine fournit aux autres pays est utilisée pour se mettre sous les feux de la rampe en tant que ‘sauveur’. Entre autres, l’apparition du virus y est soudainement liée à la présence de soldats américains à Wuhan.

‘Il y a des preuves d’une action gouvernementale coordonnée pour dégager la Chine de toute responsabilité concernant le virus’, indique pourtant le rapport.

Lire aussi: