La Belgique cessera les évacuations d’Afghanistan vendredi à la demande des États-Unis

La mission belge d’évacuation en Afghanistan, appelée Red Kite, prendra fin vendredi, quatre jours avant que les Américains ne souhaitent quitter Kaboul. C’est ce qu’a annoncé la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS).

Les États-Unis ont décidé que les partenaires de la coalition en Afghanistan n’auront que jusqu’au vendredi 27 août pour procéder à leurs évacuations. « Après cela, les portes risquent d’être fermées », a déclaré le ministre Dedonder à De Tijd.

Selon M. Dedonder, la Belgique et ses partenaires de la coalition examinent « toutes les options » maintenant qu’il est clair qu’ils n’ont que jusqu’à vendredi pour organiser les évacuations de l’aéroport de Kaboul.

Selon le ministère de la défense, il est toutefois peu probable qu’il y ait des vols le vendredi 27 août.

1 147 personnes évacuées

Mercredi, deux avions ont atterri en Belgique avec un total de 470 personnes évacuées à bord. Le premier vol a atterri à Melsbroek avec 198 personnes évacuées d’Afghanistan. Un deuxième vol a transporté 272 passagers.

Le second avion aurait transporté 202 Belges d’origine afghane et 70 Néerlandais. À bord se trouvaient également trois femmes enceintes, dont l’une dans les dernières heures de sa grossesse. Une mère avec un enfant de seulement dix-sept jours a également été évacuée.

Les passagers des deux vols ont été immédiatement transférés à Peutie pour un contrôle de sécurité et médical.

« Au total, nous avons déjà évacué plus de 1 147 personnes », a déclaré le ministre.

Ligne rouge

Les Américains ne répondent pas aux demandes de l’OTAN de reporter l’échéance du 31 août.

Les talibans insistent sur la « ligne rouge » du 31 août. « Rester plus longtemps signifie étirer l’occupation. Il y aurait alors des conséquences », a déclaré le porte-parole des Talibans.

Les fondamentalistes musulmans ont également fait savoir qu’ils n’étaient pas satisfaits des initiatives visant à évacuer les interprètes et les militants des droits de l’homme afghans. « Les talibans ont pris des mesures pour nous empêcher de faire sortir nos gens », a déclaré Biden dans son discours, « mais nous avons convenu avec le G7 qu’ensemble nous serons forts dans notre approche face aux talibans. »

Pour aller plus loin :

Plus
Lire plus...
Marchés