La Belgique atteint à nouveau un triste record mondial, mais aperçoit la lumière au bout du tunnel…

Isopix

La Belgique se distingue à nouveau dans les classements mondiaux liés à la crise du coronavirus. Notre pays compte le plus décès par 100.000 habitants, comme lors de la première vague pour les pays de plus d’un million d’habitants. Plus positivement, l’effet des mesures prises il y a peu semble aller dans le bon sens.

Avec 110 décès par 100.000 habitants, la Belgique trône à nouveau en tête du classement mondial. Elle devance le Pérou, l’Espagne et le Brésil. Un triste record épinglé par l’AFP, et une nouvelle mauvaise publicité pour notre pays.

En Europe, durant cette 2e vague, la Belgique a aussi été en tête du plus grand nombre de cas par 100.000 habitants, jouant le premier rôle par intermittence avec la République tchèque. Et tout le monde se souvient aussi de Donald Trump qui, au cours de la première vague, avait montré aux yeux du monde entier la mauvaise posture de notre pays à l’aide d’un tableau pour le moins explicite.

Ce triste record du nombre de décès par 100.000 habitants ne devrait pas s’arranger dans les prochains jours. Car les décès quotidiens sont toujours en hausse avec une moyenne de 179 décès quotidiens lors dès 7 derniers jours, soit une progression de 55% par rapport à la semaine précédente. En tout, notre pays compte 13.055 morts pour 11 millions d’habitants.

Lire aussi :

Lueur d’espoir

Le Centre de crise a fait un bilan des derniers chiffres du week-end et de ce lundi. La propagation du virus ralentit chez nous avec moins de contaminations par 100.000 habitants, et un nombre d’admissions à l’hôpital en baisse sur les 7 derniers jours. Mieux encore, le nombre d’admissions en soins intensifs pourrait avoir atteint un pic. La Belgique repasse sous la barre des 7.000 patients hospitalisés pour le Covid et 1.500 patients en soins intensifs sur un potentiel de 2.000 lits.

Le nombre de cas pourrait lui repartir à la hausse, le Centre de crise ayant fait savoir que les asymptomatiques pouvaient se refaire tester ‘courant novembre’. Une stratégie qui avait été interrompue mi-octobre, faute de moyens humains, principalement.

Au rayon des bonnes nouvelles, le Centre de crise constate aussi une baisse des cas chez les personnes les plus âgées (+ de 60 ans). Deux tiers des nouveaux cas se retrouvent actuellement dans la tranche de population des 20 à 60 ans.

Profiterait-on de cette accalmie pour enfin établir une stratégie à long terme ?

Sciensano.