Jeremy Grantham, gourou des marchés boursiers: « La bulle actuelle est pire que la bulle Internet de 2000 ; tous les actifs sont désormais en difficulté »

Jeremy Grantham, cofondateur du gestionnaire d’actifs GMO, estime que le marché boursier se trouve dans une bulle similaire à celle de l’an 2000. Seulement, c’est aujourd’hui bien pire qu’à l’époque.

Pourquoi est-ce important ?

Grantham (du haut de ses 83 ans) est un investisseur très suivi et un historien du marché. Il a une expérience considérable dans l'identification des bulles du marché. Il a prévu l'éclatement de la bulle Internet en 2000 et le krach boursier de 2008.

« L’autre jour, le S&P 500 était en baisse d’environ 19,9% et le Nasdaq d’environ 27%. Je dirais que nous verrons une chute d’au moins le double », a déclaré le principal investisseur dans une interview accordée au média économique CNBC. « Si nous n’avons pas de chance, ce qui est très possible, nous pourrions voir trois étapes de ce type, et cela pourrait durer quelques années, comme dans les années 2000. »

Grantham s’attend donc à ce que l’indice de référence américain chute d’au moins 40% par rapport à son niveau record. Cela enverrait le S&P 500 à environ 2.880 points, un niveau qui n’a pas été vu depuis le marché baissier de mars 2020 ; le début de la crise sanitaire. Le S&P 500 a chuté de 18% jusqu’à présent, par rapport à son pic, affichant 3.925 points à la clôture mercredi après-midi.

Des bulles différentes

« Cette bulle est superficiellement très similaire à celle de 2000, centrée sur les technologies américaines et menée par le Nasdaq qui a atteint des sommets incroyables », analyse-t-il.

Dans les deux cas, l’épicentre de la volatilité du marché s’est avéré être le secteur technologique américain. Ce sont surtout les actions richement valorisées des sociétés non rentables et des grands noms du secteur des logiciels qui ont été/seront victimes de la liquidation – une vague massive de ventes qui est maintenant accélérée par la politique de taux d’intérêt de la Fed. Par exemple, le Nasdaq Composite, lié aux technologies, a connu la plus forte baisse, soit environ 29% par rapport à son niveau record.

Pourtant, selon l’investisseur britannique, il existe des différences importantes entre les deux bulles. En 2000, les ventes ont surtout concerné les actions américaines, tandis que d’autres actifs tels que les obligations, les matières premières et le logement ont bien résisté, a déclaré Grantham. Or, cette fois, le contexte est différent.

« Nous sommes maintenant vraiment dans une impasse avec tous les actifs. Dans l’histoire, cela s’est avéré très dangereux », estime-t-il. « La combinaison des marchés boursiers et immobiliers s’est avérée très dangereuse, en 2008. Nous devrions connaître une grave récession. »

« Ce que vous ne voulez jamais faire dans une bulle, c’est jouer avec le marché du logement, et nous vendons maintenant à un multiple du revenu des ménages plus élevé qu’au plus fort de la bulle immobilière aux États-Unis en 2006 », ajoute-t-il. « De plus, le marché obligataire a récemment atteint son point le plus bas (…) de l’histoire. En outre, les prix de l’énergie ont été poussés à la hausse, et les prix des métaux et des denrées alimentaires sur l’indice des Nations unies sont en fait plus élevés qu’ils ne l’ont jamais été en termes réels », affirme l’investisseur légendaire.

Or et argent

Au début de l’année, « l’ours permanent » qu’est Grantham avait déclaré qu’à la suite de l’éclatement d’une « super-bulle », le S&P 500 connaîtrait une chute de 50%. Son conseil était alors le suivant : « Évitez les actions américaines, investissez dans des actions de valeur des marchés émergents et de certains pays développés moins chers, comme le Japon. De plus, ayez un peu de liquide pour la flexibilité, ainsi qu’un peu d’or et d’argent. »

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20