Jeremy Grantham, gourou des marchés boursiers : « Après l’éclatement de la quatrième « super-bulle », le S&P 500 s’effondrera de près de 50 % »

À la suite de l’éclatement d’une « super-bulle », le S&P 500, le plus grand indice boursier américain, connaîtra une chute de 50 %. C’est ce qu’affirme le grand investisseur baissier Jeremy Grantham.

Pourquoi est-ce important ?

Grantham est un investisseur largement suivi et un historien du marché. Il a une expérience considérable dans l'identification des bulles. Il avait prévu le krach boursier de 2008 et l'éclatement de la bulle Internet en 2000.

L’historien du marché a averti à plusieurs reprises les investisseurs qu’ils étaient piégés dans une bulle historique, rapporte Business Insider. Selon Grantham, l’indice de référence américain pourrait glisser jusqu’à environ 2 500 points, ce qui représente une baisse d’environ 44 % par rapport au cours de clôture de jeudi et de 48 % par rapport au sommet de janvier. L’indice des valeurs technologiques Nasdaq Composite, quant à lui, pourrait connaître une baisse encore plus marquée, estime Grantham.

« Super-bulle »

« L’année dernière, à la même époque, il semblait que nous aurions une bulle moyenne avec la douleur moyenne qui en résulte pour l’économie », écrit Grantham dans une note publiée jeudi sur le site de son gestionnaire d’actifs, GMO.

En quelque 4.000 mots, Grantham expose les raisons pour lesquelles il est convaincu que la dernière « super-bulle » va éclater, comme ses devancières de 1929, 2000 et 2008.

« Au cours de l’année, la bulle s’est gonflée pour atteindre la catégorie de super-bulle, l’une des trois seules que les actions américaines aient connues dans les temps modernes, et la douleur potentielle a augmenté en conséquence. »

Ce qui a aggravé la situation, selon l’investisseur expérimenté, c’est que la bulle boursière s’est accompagnée de taux d’intérêt extrêmement bas et de prix élevés des obligations. Il existe également une bulle sur le marché immobilier et une bulle « naissante » sur les matières premières.

La bonne réputation, ça paie

Dans sa lettre, Grantham souligne l’acharnement du marché haussier de 2020 à février 2021, où le Nasdaq a connu une hausse vertigineuse de 58 % par rapport à 2019.

Il mentionne également un incident qui s’est produit en 1929 et en 2000 et qui se reproduit aujourd’hui : la sous-performance des actions spéculatives alors que les « blue chips », c’est-à-dire les actions d’entreprises jouissant d’une bonne réputation, commencent à grimper.

Il cite également le « comportement fou des investisseurs », par exemple dans les « meme stocks », comme un indicateur d’une bulle aux proportions historiques. Sa conclusion : « Lorsque le pessimisme reviendra sur les marchés, nous serons confrontés à la plus grande réduction potentielle de la richesse perçue de l’histoire des États-Unis. »

Comme au Japon des années 80

Le gourou des marchés boursiers compare la bulle actuelle à celle qu’a connue le Japon dans les années 1980. La catastrophe imminente est venue de la confluence de deux bulles d’actifs : l’immobilier et les actions. Aux États-Unis, en revanche, pour la première fois, trois grandes classes d’actifs – actions, obligations, immobilier – et une quatrième pseudo-classe – les matières premières – sont concernées simultanément.

« Et si les valorisations de toutes ces catégories d’actifs reviennent, ne serait-ce qu’aux deux tiers, aux normes historiques, les pertes totales d’actifs aux États-Unis seulement seront de l’ordre de 35 000 milliards de dollars », affirme-t-il.

Le conseil de Grantham ? « Évitez les actions américaines, investissez dans des actions « de valeur » des marchés émergents et de certains pays développés moins chères, comme le Japon », peut-on lire. « Et assurez-vous d’avoir un peu de liquide pour la flexibilité, ainsi qu’un peu d’or et d’argent. »

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20