Jack Dorsey dénigre le Web 3.0 : « C’est un jouet pour les investisseurs en capital-risque »

Peu après sa démission du poste de PDG de Twitter, Jack Dorsey, le roi du bitcoin, a exprimé sur Twitter son mécontentement à l’égard de la technologie dite « Web3 ». Il a notamment dénoncé l’implication de sociétés de capital-risque telles qu’Andreessen Horowitz dans le financement du Web 3.0.

Pourquoi est-ce important ?

Web3 (ou web 3.0) est le terme vague désignant une technologie décentralisée basée sur la blockchain, destinée à remplacer "l'internet tel que nous le connaissons". La communauté crypto en particulier y voit une révolution technologique majeure. Le Web 3.0 a également recueilli de nombreux financements cette année ; les bailleurs de fonds Andreessen et Horowitz en sont peut-être les plus grands enthousiastes.

Le commerce des jetons non fongibles (NFT) sur les blockchains Ethereum et Solana a été la manifestation la plus visible de Web3 cette année. De nombreuses entreprises investissent désormais dans le développement d’applications et de jeux décentralisés pour ces plateformes, écrit Bloomberg.

« Entité centralisée »

Dorsey n’y voit cependant pas la promesse décentralisée de la philosophie cryptographique : « Vous ne possédez pas ‘web3′ », a-t-il tweeté. « Les VCs et leurs LPs le possèdent. Il n’échappera jamais à leurs motivations. Il s’agit en fin de compte d’une entité centralisée avec une étiquette différente. Sachez dans quoi vous vous engagez… »

Le tweet a reçu plus de 25 000 likes et des milliers de retweets. Un paquet d’utilisateurs de Twitter ont répliqué qu’ils étaient « très en désaccord » ou qu’ils estimaient que le point de vue de Dorsey était « totalement faux », bien que d’autres aient ensuite fait écho à l’ancien PDG de Twitter.

« Quelqu’un a vu le Web3 ? »

Elon Musk, le patron du constructeur de voitures électriques Tesla, est entré dans la discussion en demandant si quelqu’un avait vu le Web3. Musk est considéré comme un critique acerbe du Web3. Dorsey a répondu au tweet de Musk qu’il est « quelque part entre a et z ». Il a laissé entendre que la technologie est sous le contrôle de la société de capital-risque fondée par Marc Andreessen et Ben Horowitz, habituellement contractée sous le nom de a16z.

Plus tôt dans la journée, Dorsey a tweeté que le bitcoin allait remplacer le dollar américain, en réponse à un tweet de l’artiste pop Cardi B.

« Grand fan de Dorsey »

La série de tweets et de réponses de l’ancien patron de Twitter a donc suscité un véritable débat sur la plateforme de médias sociaux lundi. Par exemple, Chris Dixon, associé général chez a16z, a levé le drapeau blanc en disant qu’il est « un grand fan » de Dorsey et qu’il « espérait que nous pourrions éventuellement l’amadouer pour l’ETH et d’autres blockchains. »

« Il est essentiel que nous concentrions notre énergie sur des technologies réellement sécurisées et résilientes qui appartiennent au (…) peuple, et non à des individus ou à des institutions », a répondu Dorsey.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20