Impossible de noter le nouveau livre de Xi Jinping: comment Amazon fait tout pour ne pas se facher avec la Chine

Il y a peu, nous apprenions comment Tim Cook était parvenu à faire percer Apple en Chine. Via un pacte secret impliquant d’énormes investissements destinés à dynamiter le secteur technologique chinois, en l’échange d’exceptions légales, grosso modo. A présent, on sait aussi comment Amazon s’attire les grâces de Pékin. Et ce n’est franchement pas beau à voir.

Fruit d’une vaste enquête, l’agence de presse Reuters a expliqué comment Amazon avait réussi à pénétrer le marché chinois, réputé très difficile à appréhender pour les entreprises étrangères. Réponse: en s’acoquinant avec les velléités de censure de Pékin.

Afin de rester en règle avec le Parti communiste, Amazon répond régulièrement aux demandes de censure et contribue à diffuser la propagande d’État par le biais de ses services. « Le contrôle idéologique et la censure sont la cheville ouvrière du Parti communiste pour atteindre et maintenir leur succès », peut-on lire dans une note de politique interne d’Amazon. « Nous ne porterons aucun jugement sur le fait que ce soit bien ou mal ».

Une plateforme non-rentable imposée par la Chine

Une des pièces maîtresses qui lie Amazon à la censure du Parti communiste réside dans les livres. Reuters explique ainsi que Amazon a mis en place le portail China Books sur son site américain en coopération avec les services de propagande chinois. Ce qui semble être, à première vue, un portail inoffensif pour les amateurs de littérature chinoise est en fait utilisé pour diffuser la propagande d’État.

Au milieu de milliers de livres apolitiques, on trouve beaucoup d’ouvrages qui suivent clairement la ligne du parti: des livres dans lesquels les Ouïgours affirment qu’il n’y a pas de problèmes raciaux dans la province du Xinjiang aux récits sur l’approche « héroïque » du gouvernement chinois pendant la crise du coronavirus.

La création de China Books aurait permis à Amazon de faire ce qu’il veut avec son service d’e-books Kindle en Chine. Deux mois après le lancement de China Books en 2012, sous les applaudissements des représentants du gouvernement chinois, le géant américain a ainsi pu lancer Kindle sur le marché chinois. Cinq ans plus tard, lla Chine est devenue le plus grand marché pour les livres électroniques d’Amazon. Mission accomplie.

Entre-temps, China Books s’est avéré être un flop financier. Mais ce n’est pas un problème, puisque les ventes n’ont jamais été l’objectif. « Il s’agit d’une campagne de soft-power pour rendre les livres visibles au public », a témoigné un employé d’Amazon auprès de Reuters. En diffusant la culture et la propagande chinoises, Amazon a fait bonne impression à Pékin. Et il en récolte les fruits.

Le livre de Xi ? Aucune note, aucun commentaire

L’enquête de Reuters révèle également une drôle de pratique mise en œuvre par Amazon sur sa plateforme chinoise. Le livre The Governance of China de Xi Jinping a vu ses évaluations, commentaires et critiques supprimés et désactivés il y a environ deux ans en réponse à un décret de Pékin

La demande a été émise par Pékin – et donc suivie par Amazon – après l’apparition de commentaires critiques et de « mauvaises » notes sur la page dédiée à l’ouvrage du président chinois. « Je pense que le problème concernait tout ce qui était inférieur à cinq étoiles », a déclaré l’une des sources à Reuters.

Depuis, il n’y a plus aucune note ni commentaire sous le produit, alors qu’il s’agit pourtant d’une des marques de fabrique d’Amazon.

« Amazon se conforme à toutes les lois et réglementations applicables, partout où nous opérons, et la Chine ne fait pas exception », a confirmé un porte-parole d’Amazon à Bloomberg.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20