Google supprime 12.000 emplois : la vague de restructuration dans la tech continue de faire rage

Suivant les traces d’autres géants de la technologie, Alphabet, la maison mère de Google, annonce aujourd’hui un nettoyage. 12.000 emplois, soit 6 % de la main-d’œuvre, vont disparaître, écrit le haut dirigeant Sundar Pichai dans un mémo destiné au personnel.

L’actualité : Après Microsoft, Twitter, Amazon et Meta, c’est au tour de Google de brandir la hache. Sundar Pichai, le directeur général de Google et du groupe Alphabet, a annoncé en interne la suppression de 12.000 emplois dans le monde entier chez Alphabet, rapportent les agences Bloomberg et Reuters.

Le timing : L’annonce intervient juste avant le week-end – ce qui est courant pour les restructurations – et à peine un jour après que Microsoft a annoncé la suppression de 10.000 emplois.

Les détails :

  • Cela impliquerait un nettoyage global dans toute l’entreprise. Pichai dit qu’il en prend « l’entière responsabilité ».
  • Il souhaite un « ciblage plus précis », une base de coûts allégée et une meilleure affectation des talents « à nos plus grandes priorités ». Ce sont des arguments déjà entendus dans les autres grandes entreprises technologiques.
  • Il semble que les pertes d’emplois se feront principalement dans les activités secondaires non essentielles. Pendant des années, Alphabet était connu pour entretenir des projets innovants mais quelque peu frivoles dont les perspectives et la rentabilité étaient incertaines.

Plus d’informations : Tout le monde est sur le pont pour repousser la concurrence imminente du chatbot super intelligent ChatGPT. On a appris précédemment qu’au sein de Google, on craint que l’intelligence artificielle de ChatGPT ne remette en cause l’ensemble du modèle économique de l’entreprise.

Le New York Times rapporte maintenant que Google souhaite redonner un rôle plus actif à ses fondateurs Larry Page et Sergey Brin, le duo légendaire qui s’est éloigné de leur création ces dernières années.

Le contexte : en 2022, le secteur de la tech s’est séparée de plus de 150.000 employés. Face à une année d’inflation et devant une année 2023 qui pourrait être marquée par la récession, la raison principale d’un tel licenciement de masse trouve sa source en 2021 : le secteur de la tech, voyant la vie en rose, avait recruté à la pelle. Une erreur qu’un seul géant de la tech a su éviter : Apple.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20