Entre un tiers et la moitié des espèces d’arbres du monde menacées d’extinction

Au moins un tiers et peut-être même la moitié des espèces d’arbres du monde sont déjà menacées d’extinction. Telle est la conclusion du plus vaste inventaire mondial réalisé à ce jour. Cela pose un risque majeur d’effondrement de l’écosystème au sens large. L’abattage des forêts pour l’agriculture est de loin la principale cause, selon le rapport State of the World’s Trees.

Pourquoi est-ce important ?

Les botanistes décrivent les arbres comme "l'épine dorsale de l'écosystème naturel". Bien que seulement 0,2 % des espèces aient disparu jusqu'à présent, les auteurs de l'étude affirment qu'un déclin accéléré pourrait avoir de graves conséquences.

L’étude internationale menée sur cinq ans a révélé que 17.510 espèces d’arbres sont menacées, ce qui représente le double du nombre de mammifères, d’oiseaux, d’amphibiens et de reptiles menacés réunis. Cela représente 29,9 % des 58 497 espèces d’arbres connues dans le monde. Mais le pourcentage est probablement plus élevé, car 7,1 % supplémentaires sont considérés comme « potentiellement menacés » et 21,6 % ont été sous-évalués. Seuls 41,5 % des espèces d’arbres sont confirmés comme sûrs.

Le problème est mondial. Le Brésil, qui abrite la forêt la plus diversifiée du monde, l’Amazonie, compte le plus grand nombre d’espèces d’arbres menacées (1.788 espèces). En Chine, la sixième nation la plus riche en biodiversité au monde, 890 espèces sont menacées. Les États insulaires tropicaux, notamment Madagascar, sont touchés de manière disproportionnée. Mais même en Europe – qui est relativement pauvre en termes de diversité naturelle – on constate un déclin alarmant, et en Amérique du Nord, les parasites et les maladies causent de graves pertes.

Agriculture et élevage : principale menace

Les botanistes décrivent les arbres comme « l’épine dorsale de l’écosystème naturel ». Bien que seulement 0,2 % des espèces se soient éteintes jusqu’à présent, les auteurs de l’étude affirment qu’un déclin accéléré pourrait avoir de graves conséquences. Les populations sont directement touchées par la perte de stockage de carbone, de production d’oxygène, de bois pour la construction, de combustible pour les feux, d’ingrédients pour les médicaments et la nourriture et de protections contre les tempêtes et l’érosion. Les effets indirects sur les systèmes naturels de maintien de la vie sont peut-être encore plus importants. Dans de nombreuses régions du monde, les arbres sont les piliers d’un écosystème sain. Sans eux, les autres plantes, les insectes, les oiseaux et les mammifères luttent pour survivre.

Le rapport identifie les principales menaces qui pèsent sur les arbres. L’agriculture arrive en tête de liste avec la perte d’arbres pour les cultures (29 %) et le bétail (14 %), suivie par l’exploitation forestière (27 %), les logements et autres aménagements commerciaux (13 %), les incendies (13 %), l’exploitation minière (9 %), les plantations de pâte à papier (6 %) et les espèces envahissantes (3 %). Le changement climatique (4 %) est en bas de la liste, mais cela n’inclut pas les incendies et l’agriculture.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20