Ce n’est pas si simple : planter des arbres pour lutter contre le changement climatique fera grimper les prix des aliments en flèche

Planter des arbres est l’un des moyens les plus utilisés pour lutter contre la crise climatique. mais planter ne serait-ce qu’une fraction de la surface nécessaire pour compenser les émissions mondiales de gaz à effet de serre va mettre en péril l’approvisionnement alimentaire, selon un nouveau rapport intitulé Tightening the net : Net zero climate targets implications for land and food equity.

Il faudrait planter au moins 1,6 milliard d’hectares d’arbres, soit une superficie cinq fois supérieure à celle de l’Inde et équivalente à la totalité des terres actuellement cultivées sur Terre, pour atteindre un scénario d’émissions nettes nulles d’ici 2050. Environ 350 millions d’hectares de terres, soit une superficie équivalente à celle de l’Inde, pourraient être plantés pour compenser les émissions de carbone sans perturber l’agriculture dans le monde, mais les plans de compensation des pays et des entreprises du monde entier pourraient bientôt dépasser ce chiffre. Et dans ce cas, les prix des denrées alimentaires augmenteront rapidement et fortement, jusqu’à 80 %.

Selon le rapport, deux des mesures compensatoires les plus couramment utilisées, le reboisement et la plantation de nouvelles forêts, mettront en péril la sécurité alimentaire. Les solutions axées sur la gestion des forêts, l’agroforesterie – la pratique consistant à combiner des terres arables ou des prairies avec des arbres – ainsi que la gestion des prairies et des sols dans les terres arables sont bien meilleures. Cela permettrait aux gens d’utiliser les terres pour se nourrir tout en conservant le carbone dans ces sols.

Réduire les émissions au lieu de compter sur les compensations

Danny Sriskandarajah, directeur général d’Oxfam GB, qui a publié le rapport, appelle les entreprises et les gouvernements à réduire radicalement leurs émissions plutôt que de compter sur les compensations. Trop d’entreprises et de gouvernements se cachent derrière l’écran de fumée des compensations « nettes zéro » pour continuer à faire comme si de rien n’était. Un bon exemple est la tentative de l’industrie pétrolière et gazière de justifier la poursuite de l’extraction des combustibles fossiles en promettant des programmes irréalistes d’élimination du carbone qui nécessitent des quantités ridicules de terres. »

Selon un rapport rédigé par des scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), les mesures populaires de lutte contre le changement climatique, telles que la plantation d’arbres et la production de biocarburants, peuvent en fait nuire à la nature et saper les efforts de lutte contre le réchauffement de la planète.

Les chercheurs affirment que les campagnes de plantation d’arbres menées par les entreprises ou les gouvernements ne sont « pas une panacée ». « Les bons arbres doivent être plantés aux bons endroits pour éviter d’endommager les écosystèmes locaux. En outre, l’augmentation des événements extrêmes – tels que les incendies, les insectes et les agents pathogènes – pourrait signifier que les forêts ne peuvent plus être utilisées comme un outil de compensation des émissions. » Ils affirment eux aussi qu’il est plus important de donner la priorité aux initiatives qui parviennent à réduire les émissions mondiales.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés