Une nouvelle étude le confirme: plus nous coupons d’arbres, plus il y a d’épidémies

Isopix

Le changement d’affectation des terres est un facteur majeur dans l’émergence de virus tels que le SRAS-cov-2 et de maladies infectieuses telles que le paludisme. C’est ce que confirme une nouvelle étude. Les épidémies de maladies infectieuses sont plus probables dans les zones de déboisement intensif et dans les régions avec des plantations en monoculture. L’étude suggère que les épidémies augmenteront à mesure que la biodiversité diminuera.

Même la plantation d’arbres peut augmenter les risques pour la santé des populations humaines locales si elle se concentre trop étroitement sur un petit nombre d’espèces, comme c’est souvent le cas dans les forêts à vocation commerciale, selon l’étude.

Selon les auteurs, les maladies qui menacent les humains sont filtrées et bloquées par une gamme de prédateurs et d’habitats dans une forêt saine et riche en biodiversité. Mais lorsque cet habitat est remplacé par une plantation de palmiers, de champs de soja ou des plantations d’eucalyptus, ils cèdent la place à un environnement dans lequel les rats, les moustiques et les agents pathogènes peuvent prospérer.

Un modèle très clair

Les auteurs disent à quel point ils ont été surpris par la clarté de ce schéma. Ils ont examiné la corrélation entre la couverture forestière, les plantations, les tendances démographiques et les maladies dans le monde à l’aide de statistiques d’institutions internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé, la Banque mondiale, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et la base de données épidémique Gideon.

Au cours de la période d’étude de 1990 à 2016, ils ont étudié 3.884 éclosions de 116 maladies zoonotiques et 1.996 éclosions de 69 maladies infectieuses à transmission vectorielle, principalement transmises par des moustiques, des tiques ou des mouches.

L’étude montre que les épidémies ont augmenté au fil du temps, tandis que les plantations artificielles se sont développées rapidement et que la couverture forestière totale a progressivement diminué. Une corrélation en soi n’est pas une preuve de causalité, car d’autres facteurs peuvent être impliqués, tels que les perturbations climatiques. Mais les auteurs renforcent leur argumentation avec de multiples références à des études de cas individuels mettant en évidence les liens entre les épidémies et le changement d’affectation des terres.

L’Amazonie est très préoccupante

Au Brésil, des scientifiques ont déjà montré que la déforestation augmente le risque d’épidémies de paludisme. En Asie du Sud-Est, des études ont montré comment le défrichage des forêts fait progresser le moustique Anopheles darlingi, qui transmet diverses maladies. La perte de forêts anciennes a également été identifiée comme un facteur de la montée du virus Ebola en Afrique de l’Ouest et de la réémergence de la leishmaniose transmise par les moustiques de sable.

La nouvelle étude ajoute aux preuves croissantes que les virus sont plus susceptibles d’être transmis aux humains ou aux animaux s’ils vivent dans ou à proximité d’écosystèmes perturbés par l’homme, tels que des forêts récemment défrichées ou des marécages récupérés pour des terres agricoles, des projets miniers ou de logement.

Un quart de la perte de forêt mondiale est causé par la production de bœuf, de soja, d’huile de palme et de fibre de bois. L’exploitation minière contribue à ce problème en polluant les rivières et les ruisseaux qui sont essentiels pour un écosystème résilient, la séquestration du carbone et la qualité des sols.

Les auteurs de l’étude sont particulièrement préoccupés par la forêt amazonienne. Sous le président brésilien, Jair Bolsonaro, la déforestation a atteint des niveaux jamais vus depuis plus d’une décennie. L’Amazonie est proche d’un point de basculement en raison du changement climatique, ce qui n’est pas du tout bon pour l’écosystème mondial. Atteindre le point de basculement entraînera davantage de sécheresses, d’incendies et de maladies dans de nombreux endroits de la planète.

Mais les forêts tropicales du bassin du Congo et d’Asie du Sud-Est, et les projets de reboisement en monoculture en Chine, en Europe et aux États-Unis inquiètent également les chercheurs. ‘Nos résultats suggèrent clairement que non seulement le défrichement est responsable des épidémies de maladies infectieuses, mais aussi le reboisement ou le boisement, en particulier dans les pays en dehors de la zone tropicale’, indique l’étude.

Pour aller plus loin: