Enfin : de nouveaux vaccins antigrippaux beaucoup plus efficaces sont en cours d’élaboration

L’impact mondial de la grippe est énorme : trois à cinq millions de cas graves par an et jusqu’à 650 000 décès. Ce bilan est d’autant plus frappant que nous disposons de vaccins pour combattre la maladie depuis huit décennies. Mais ceux-ci restent médiocres. Dans les années à venir, cependant, nous serons confrontés à une nouvelle génération de vaccins antigrippaux très efficaces, basés sur la même technologie ARNm qui a protégé des centaines de millions de personnes contre le COVID-19.

Pourquoi est-ce important ?

Personne ne peut dire avec certitude si l'un des quatre vaccins contre la grippe saisonnière actuellement testés sera efficace, mais de nombreux experts sont optimistes. Ils pensent également que la technologie ARNm peut être adaptée pour créer des vaccins qui fonctionnent pendant des années contre un large éventail de souches de grippe.

Le vaccin contre la grippe n’est actuellement valable que pour une seule saison grippale et son efficacité se situe généralement entre 40 et 60 %. Certaines années, il n’est que de 10 %. Et alors que les vaccins antigrippaux traditionnels sont cultivés pendant des mois dans des œufs de poule, les vaccins à ARNm sont produits relativement plus rapidement. En théorie, leur production plus rapide pourrait leur permettre de mieux s’adapter aux souches de grippe de chaque saison. Et lorsqu’ils sont injectés chez l’homme, ils pourraient susciter une réponse immunitaire plus forte que les vaccins antigrippaux traditionnels.

Deux entreprises – Moderna, la société de biotechnologie du Massachusetts qui a produit l’un des vaccins à ARNm autorisés pour Covid-19, et Sanofi, un fabricant de vaccins français – ont commencé à tester des vaccins antigrippaux à ARNm cet été. Pfizer et BioNTech, les sociétés qui ont produit l’autre vaccin à ARNm contre le Covid-19, ont fait de même le mois dernier. Et Seqirus, un fabricant de vaccins basé au Royaume-Uni, prévoit de tester un autre vaccin antigrippal à ARNm au début de l’année prochaine.

Personne ne peut dire avec certitude si l’un de ces quatre vaccins contre la grippe saisonnière donnera de bons résultats, mais de nombreux experts sont optimistes. Ils pensent également que la technologie ARNm peut être adaptée pour créer des vaccins qui fonctionnent pendant des années contre un large éventail de souches de grippe.

Vaccins contre la grippe depuis 1933

La recherche d’un bon vaccin contre la grippe se poursuit depuis très longtemps. La pandémie de grippe de 1918 a été la pire de l’histoire moderne, tuant entre 50 et 100 millions de personnes. Alors que le nombre de morts augmentait, les médecins ont réagi en inoculant à des milliers de personnes un assortiment de vaccins expérimentaux. Aucun de ces vaccins n’a fonctionné. Les scientifiques de l’époque pensaient à tort que les maladies étaient causées par des bactéries, et non par des virus. Cette erreur les a conduits à fabriquer des vaccins à partir des microbes qu’ils recueillaient dans les expectorations des patients atteints de la grippe. Les vaccins n’ont pas permis de développer une défense immunitaire contre la maladie virale.

Ce n’est qu’en 1933 que des virologues britanniques ont isolé le virus de la grippe, ce qui a enfin permis de concevoir un vaccin efficace. Les chercheurs ont injecté des virus de la grippe dans des œufs de poule, où ils se sont multipliés. Après avoir extrait et purifié les nouveaux virus, ils les ont tués avec des produits chimiques et ont injecté les virus inactivés aux humains.

Les États-Unis ont homologué le premier vaccin commercial contre la grippe en 1945. Le virologue Wendell Stanley, lauréat du prix Nobel, a déclaré à l’époque que le vaccin empêcherait la grippe de redevenir « l’un des grands destructeurs de la vie humaine ». Mais le vaccin n’a pas tout à fait répondu aux attentes. La grippe l’a vaincu grâce à sa formidable capacité à muter.

Pourquoi est-ce si difficile ?

Comment cela se passe-t-il ? Lors d’une infection par la grippe, les cellules de nos voies respiratoires commencent à copier le génome du virus, ce qui lui permet de se multiplier. Le processus de copie entraîne de nombreuses erreurs génétiques. Parfois, ces mutations permettent au virus d’échapper à la réponse immunitaire de l’organisme, déclenchée par un vaccin. Les virus de la grippe ont également une autre voie d’évolution rapide. Si deux types de virus de la grippe infectent la même cellule, ils peuvent produire un hybride génétique, qui permet encore mieux de contourner l’immunité induite par le vaccin.

Cette extraordinaire capacité de changement explique également pourquoi plusieurs souches de grippe peuvent circuler au cours d’une saison grippale et dominer la suivante. Les fabricants de vaccins ont réagi en incluant jusqu’à quatre souches différentes dans leurs formulations annuelles. Mais comme la production de vaccins dans des œufs de poule est un processus très lent, les scientifiques doivent choisir les souches à utiliser plusieurs mois avant la saison de la grippe, ce qui entraîne souvent un décalage lorsque le virus mutant arrive réellement.

Entre 2004 et 2019, l’efficacité du vaccin contre la grippe a varié de 60 % à 10 %. Cependant, même cette protection modeste se traduit par des avantages considérables, car de nombreuses personnes contractent la grippe chaque année. En plus de réduire les risques d’infection, le vaccin réduit également les risques d’hospitalisation des personnes atteintes de la grippe.

Mais si les scientifiques arrivaient à fabriquer des vaccins antigrippaux plus robustes, ils pourraient sauver des milliers de vies supplémentaires. L’essentiel est que les vaccins contre la grippe dont nous disposons actuellement ne sont pas suffisants.

1993 : Un nouveau cap

Dans les années 1990, quelques chercheurs ont choisi une voie totalement nouvelle, à savoir la fabrication de vaccins antigrippaux à partir d’ARNm. L’idée qui sous-tend cette technologie est radicalement différente de l’approche de la poule et de l’œuf. En effet, les nouvelles injections transforment les cellules des individus en usines à vaccins. Les scientifiques fabriquent une molécule d’ARNm contenant les instructions pour fabriquer une protéine de la grippe, puis la délivrent dans les cellules. Ces cellules font alors des copies de la protéine virale. Les cellules immunitaires détectent la protéine étrangère et réagissent en se défendant contre le virus.

En 1993, une équipe de scientifiques français a réalisé les premières expériences avec un vaccin à ARNm contre la grippe. Les vaccins ont donné des réponses prometteuses chez les souris, mais ils étaient encore primitifs. Tout d’abord, les cellules de l’animal réagissaient parfois à l’ARNm du vaccin en le détruisant. Il a fallu plus de deux décennies de travaux supplémentaires en laboratoire avant que les vaccins à ARNm ne soient prêts pour les essais sur l’homme.

Lorsque Moderna a été fondée en 2010 pour commercialiser des vaccins à ARNm, la grippe a été l’une des premières maladies auxquelles elle s’est attaquée. La société a commencé par des vaccins contre deux souches de grippe qui infectent normalement les oiseaux, mais qui rendent aussi parfois les gens malades – exactement le type de virus qui pourrait donner lieu à de nouvelles pandémies.

Des résultats encourageants

Les résultats de leur premier essai clinique, en 2016, étaient encourageants. Les volontaires ont produit des anticorps contre les virus, mais ont également présenté des effets secondaires tels que la fièvre et la fatigue. Ces résultats ont incité Moderna à construire une nouvelle usine à Norwood, dans le Massachusetts, où la société pouvait produire de grandes quantités d’ARNm pour d’autres essais cliniques.

À peu près à la même époque, la société a commencé à développer un nouveau vaccin contre la grippe, cette fois pour la grippe saisonnière plutôt que pour les pandémies. Et les chercheurs s’efforçaient de rendre les effets secondaires du vaccin moins graves. Mais au moment où ils espéraient commencer un nouvel essai sur la grippe au début des années 2020, les scientifiques ont dû mettre le plan en attente. Un nouveau coronavirus s’est déclaré en Chine.

Au cours de l’année suivante, Moderna a fabriqué et testé un vaccin à ARNm du Covid à une vitesse record. Et cette injection, comme celle de son principal concurrent, Pfizer-BioNTech, était remarquablement protectrice, avec un taux d’efficacité d’environ 95 %. Le succès des vaccins à ARNm a rapporté d’énormes revenus aux deux entreprises. Le vaccin Pfizer-BioNTech est en passe de devenir le médicament le plus vendu de tous les temps. Et la capitalisation boursière de Moderna depuis le début de la pandémie a été multipliée par 19 pour atteindre environ 123 milliards de dollars.

Trois avantages

Jean-François Toussaint, responsable de la recherche et du développement chez Sanofi Pasteur, qui travaille également sur un vaccin à ARNm contre la grippe, a déjà prévenu que le succès des vaccins à ARNm contre le Covid ne garantit pas des résultats similaires pour la grippe. Mais certaines études suggèrent que les vaccins à ARNm pourraient en fait s’avérer plus puissants que les vaccins traditionnels. Dans les études menées sur les animaux, les vaccins à ARNm semblent offrir une défense plus large contre les virus de la grippe. Ils incitent le système immunitaire des animaux à produire des anticorps et entraînent également les cellules immunitaires à attaquer les cellules infectées.

Mais ce qui est peut-être le plus important, c’est que les vaccins à ARNm peuvent être fabriqués rapidement, ce qui permet aux fabricants de vaccins d’attendre quelques mois de plus avant de choisir les souches de grippe à utiliser, ce qui peut conduire à une meilleure adéquation.

Cette technologie permet également aux fabricants de vaccins à ARNm de réaliser plus facilement des vaccins combinés. Outre les molécules d’ARNm pour différentes souches de grippe, ils peuvent également ajouter des molécules d’ARNm pour des maladies respiratoires complètement différentes. Lors d’une présentation aux investisseurs le 9 septembre, Moderna a fait part des résultats d’une nouvelle expérience dans laquelle les chercheurs ont administré à des souris des vaccins combinant les ARNm de trois virus respiratoires : la grippe saisonnière, le COVID-19 et un pathogène commun appelé virus respiratoire syncytial ou VRS. Les souris ont produit des niveaux élevés d’anticorps contre les trois virus.

Pourquoi cela prendra encore quelques années

D’autres chercheurs sont à la recherche d’un vaccin universel contre la grippe qui pourrait protéger les gens pendant des années en repoussant un large éventail de souches de grippe. Au lieu d’une injection annuelle, les gens pourraient n’avoir besoin que d’un rappel toutes les quelques années. Dans le meilleur des cas, une vaccination pourrait même être efficace à vie. À l’université de Pennsylvanie, une équipe de chercheurs dirigée par Norbert Pardi met au point des vaccins à ARNm qui codent pour des protéines provenant de virus de la grippe qui ne mutent que rarement. Les expériences sur les animaux indiquent que ces vaccins peuvent rester efficaces d’année en année.

Même si les vaccins antigrippaux à ARNm répondent aux attentes, il leur faudra probablement quelques années pour être approuvés. Les essais de vaccins antigrippaux à ARNm ne recevront pas le soutien massif des pouvoirs publics dont ont bénéficié les vaccins COVID-19. Les régulateurs ne leur permettront pas non plus d’obtenir des autorisations d’urgence accélérées. Après tout, la grippe saisonnière n’est pas une nouvelle menace et peut déjà être contrôlée par des vaccins approuvés.

Les fabricants devront donc prendre le chemin le plus long pour obtenir une approbation complète. Si les premiers essais cliniques se révèlent concluants, les fabricants de vaccins devront passer à des essais à grande échelle qui pourraient s’étendre sur plusieurs saisons de grippe. Il faudra donc attendre un certain temps avant de les avoir.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20