Des chercheurs mettent au point un vaccin contre l’addiction aux opioïdes

Après des tests concluants sur des animaux, le vaccin est prêt pour des tests cliniques sur des êtres humains. L’objectif premier de cette première phase d’essai clinique est d’évaluer l’innocuité du vaccin, sa tolérabilité et son efficacité à stimuler la production d’anticorps chez les receveurs.

Pourquoi est-ce important ?

Bien qu’il existe déjà des médicaments pour lutter contre certaines formes d’addiction, le développement d’un vaccin permettra d’éviter les phases de "rechute" puisque cette solution sera effective sur le long terme.

Les vaccins ont la cote pour le moment, en grande partie parce qu’ils ont été mis sous les projecteurs avec le coronavirus. Pourtant, dans les laboratoires scientifiques, plusieurs prototypes de vaccins sont développés pour toutes sortes de maladies. Ainsi, en parallèle d’une solution vaccinale contre le VIH, des chercheurs de la Columbia University Vagelos College of Physicians and Surgeons ont mis au point un vaccin pour lutter contre l’addiction aux opioïdes, antidouleurs puissants.

Les chercheurs s’apprêtent d’ailleurs à entamer la première phase d’essai clinique pour ce dernier.  Ce vaccin a pour but de fournir une solution plus durable contre l’addiction aux opioïdes que les médicaments qui, bien qu’ils aident à surmonter le problème, ne préviennent pas d’une éventuelle rechute.

« Un vaccin qui dure plusieurs mois, administré en combinaison avec l’un de ces médicaments, pourrait aider beaucoup plus de personnes à vaincre leur dépendance et potentiellement les protéger d’une mort par surdose si un patient rechute », explique Sandra Comer, professeur de neurobiologie, rapporte Eurekalert.

Développé par le professeur de pharmacologie et de médecine Marco Pravetoni de l’Université du Minnesota, le vaccin pousse le système immunitaire du receveur à produire des anticorps qui empêcheront l’oxycodone – médicament contenant des opioïdes – de pénétrer dans le cerveau, bloquant ainsi la sensation d’euphorie ou de plaisir. De cette manière, la personne qui prend des médicaments à base d’opioïdes ne sera pas dans un état second. Le vaccin peut également réduire les risques de décès liés à une surdose toxique d’opioïdes.

Il s’agit du premier vaccin de ce genre à être testé aux États-Unis. L’essai clinique intervient dans un contexte particulier puisque l’addiction aux opioïdes est devenue un véritable problème de santé publique dans le pays qui a empiré avec la pandémie.

L’essai clinique impliquera trois groupes de personnes utilisant des opioïdes. Le premier groupe recevra une petite dose de vaccin, le second une dose élevée et le troisième un placebo. Le vaccin devra encore subir de nombreux tests avant de pouvoir aider les personnes accros aux opioïdes.

À lire aussi:

Plus
Lire plus...
Marchés