Elisabeth II : la tâche gargantuesque de remplacer toutes les monnaies à son effigie

La reine était partout, à commencer par la monnaie britannique. Les institutions fiduciaires du pays vont devoir se lancer dans une grande remise à neuf des devises, une fois la période de deuil terminée. Et la question se pose aussi dans d’autres pays qui arboraient le portrait de la reine au quotidien.

Le décès de la reine Elisabeth II n’était pas tant une surprise, la semaine dernière, qu’un réel choc émotionnel qui s’est ressenti bien au-delà de l’archipel britannique. Il ne faut pas oublier qu’elle régnait de facto sur 15 États du Commonwealth, toujours officiellement considérés comme des monarchies, du Canada à la Nouvelle-Zélande, bien que le véritable pouvoir appartienne au Premier ministre de chaque pays. Tous ces pays vont devoir s’habituer à voir Charles III en lieu et place de la figure familière de la reine. Et au Royaume-Uni comme dans de nombreux autres pays, cela commence par les billets de banque.

29 milliards de pièces

La Banque d’Angleterre et la Royal Mint, les deux organismes en charge de la mise en circulation des devises du royaume, vont devoir s’atteler à la tâche phénoménale de changer à terme tous les billets et toutes les pièces du pays à l’effigie du nouveau souverain. Or la banque centrale du pays estime qu’il y a actuellement 4,7 millions de billets de banque en circulation pour une valeur totale de 82 milliards de livres, ainsi que 29 milliards de pièces de monnaie de valeur variée.

La nouvelle monnaie sera probablement introduite progressivement et coexistera pendant un certain temps avec les anciens billets et pièces en tant que monnaie légale, relève CNN. La Royal Mint a déclaré sur son site Internet que les pièces de monnaie à l’effigie de la reine « ont toujours cours légal et sont en circulation » et que leur production se poursuivra normalement pendant « cette période de deuil respectueux. » Même son de cloche de la part de la banque d’Angleterre, qui a déclaré que les « portraits iconiques de la reine étaient synonymes de certains de ses travaux les plus importants. »

« Les billets de banque actuels portant l’image de Sa Majesté la Reine continueront d’avoir cours légal. » La banque centrale a également indiqué qu’elle présenterait ses plans pour remplacer les billets existants une fois la période de deuil terminée.

Outre l’argent fiduciaire, ce sont toutes les institutions publiques britanniques qui vont devoir revoir leur esthétique, des timbres postaux aux boites aux lettres frappées du sceau royal, en passant par les passeports. Une tâche gargantuesque, qui n’avait plus été menée depuis très longtemps. Dans le cas de la monnaie, Elisabeth II était présente sur les billets de banque britanniques depuis 1960, et depuis 1953 sur les pièces qui ont, au fil du temps, arboré cinq différents portraits de la souveraine. Le plus récent date d’ailleurs de 2015.

Une question qui se pose dans d’autres pays

Or, cette tâche ne concernera pas que les institutions britanniques. De par le monde, d’autres pays se retrouvent avec des billets, parfois neufs, arborant le portrait de la défunte reine. C’est le cas, par exemple, au Canada : « L’actuel billet de 20 dollars en polymère est destiné à circuler pendant des années. Il n’y a pas d’obligation législative de modifier le motif dans un délai prescrit lorsque le monarque change », a déclaré Amélie Ferron-Craig, porte-parole de la Banque du Canada, interrogée par CNN Business. Il faut dire que ce billet, novateur pour la matière utilisée et considéré comme très durable, n’est arrivé dans les portefeuilles qu’en 2012. De même en Australie, où la reine est représentée sur le billet de 5 dollars. La Reserve Bank of Australia a déclaré vendredi qu’il n’y aurait pas de « changement immédiat » de ses billets de banque.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20