Dimanche sans voiture et jours de congé: face à la crise énergétique, l’Albanie prend des mesures drastiques

A partir d’avril, les villes albanaises vont se passer de la voiture chaque premier dimanche du mois. Une mesure prise pour faire face à la flambée des prix des carburants. Et qui permettra aussi de lutter contre la pollution, bien sûr.

Cette semaine, le gouvernement albanais a annoncé que chaque premier dimanche du mois, les voitures seront interdites dans les principales villes du pays. La mesure entrera en vigueur dès le mois prochain, le 3 avril précisément.

Une annonce qui intervient dans un contexte de flambée des prix de l’énergie – et des carburants. La situation est grave partout en Europe, mais l’Albanie est encore plus sévèrement touchée. Le prix du carburant y a dépassé les 2 € le litre, alors qu’un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté de 5 € par jour.

« Malheureusement, nous ressentons la crise énergétique de manière indiscriminée. Les récents événements ont mis en difficulté toutes les économies mondiales et les poches de chaque famille, et les conséquences se font sentir dans notre pays », a déclaré la ministre du tourisme Mirela Kumbaro, citée par Euractiv. « Nous devons réduire le trafic automobile autant que possible, et si nous ne pouvons pas éviter de démarrer la voiture tous les jours, faisons-le au moins pendant les jours de congés. C’est pourquoi nous lançons le plan « Journée sans voiture » dès le premier dimanche de chaque mois. »

La ministre a également souligné que la mesure aurait un effet bénéfique sur les taux de pollution en ville, et donc sur la santé des citoyens. « Il s’agit d’engagements concrets qui améliorent notre vie. J’invite chacun d’entre vous à devenir partenaire de cette initiative dans vos villes : pour faire des économies, pour un environnement plus propre, pour la santé », a-t-elle ajouté.

Autres mesures

Mardi dernier, jour férié en raison de Norouz, toute une partie de la capitale, Tirana, a été fermée aux voitures de 9h à 15h, rapporte le média albanais Exit.

La veille, ce sont tous les lieux de travail du secteur public, y compris les écoles et les jardins d’enfants, qui ont été fermés pour faire des économies d’énergie. D’autres « jours de congé » sont encore prévus dans le secteur public.

En outre, il a été décidé que des coupures d’électricité seraient programmées dans tout le pays. Les routes ne seront plus éclairées la nuit, et les principales villes ont été invitées à réduire leur éclairage autant que possible.

Manifestations

Ces derniers jours, de nombreux Albanais ont manifesté, réclamant une réduction des impôts et une suspension de la TVA. Une demande refusée par le gouvernement. Les autorités ont mis sur pied un conseil chargé de surveiller et de fixer les prix. Cela ne concerne pas que les prix du carburant: ceux des denrées alimentaires – qui partent eux aussi à la hausse – sont également ciblés.

« Le Conseil de la transparence joue un rôle crucial pour éviter les abus sur le prix du carburant et des produits du panier, afin de protéger chaque citoyen. C’est un engagement qui se poursuivra sans relâche », a assuré la ministre Kumbaro.

Les entreprises qui abuseront des taux du marché seront sanctionnées par des amendes et un éventuel retrait de licence.

Manifestation à Tirana le 12 mars contre la montée des prix. (AP Photo/Franc Zhurda)
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20