11 juillet, fête de la communauté flamande : trois régions belges, trois directions économiques différentes

Les économies de la Flandre, de Bruxelles et de la Wallonie sont fortement liées, mais il existe quand même des différences importantes. Celles-ci s’accentuent et ne sont pas sans conséquences, entre autres, sur la solidarité interrégionale et la polarisation politique. Davantage de politique entre les mains des régions est probablement le moyen le plus réaliste de renforcer la situation économique de chacune d’entre elles.

La Flandre, la Wallonie et Bruxelles semblent parfois être trois mondes différents. Une langue différente, des chaînes de télévision différentes, des programmes culturels différents, des préférences politiques différentes… Néanmoins, les liens économiques entre les régions restent forts. Pour chacune d’entre elles, les autres régions restent le marché de vente « externe » le plus important, et ces liens sont clairement plus forts que ceux entre chacune des régions et leurs partenaires commerciaux étrangers respectifs. Par exemple, pour la Flandre, la Wallonie (15%) et Bruxelles (14%) sont tout simplement plus importants en tant que marché de débouchés que l’Allemagne, la France et les Pays-Bas réunis (28%). Cela implique également que chacune des régions a tout intérêt à ce que les autres se portent bien sur le plan économique. Et dans la pratique, c’est plutôt décevant. En termes économiques, il existe des différences importantes entre les régions, et celles-ci ne sont pas sans signification.

Différences régionales

La Flandre connaît une croissance plus rapide que la Wallonie et Bruxelles depuis des décennies. Depuis 1955, elle enregistre une croissance plus forte que les autres régions trois années sur quatre. Les différences de croissance absolue ont diminué depuis les années 1990, mais ne se sont pas encore inversées. Par exemple, l’écart de prospérité entre la Flandre et la Wallonie a atteint 40% et continue de se creuser. Cet écart de richesse croissant a des répercussions sur la cohésion économique et politique du pays. En tout état de cause, il n’y a pas de dynamique naturelle de convergence, et la politique ne parvient pas à provoquer un revirement. Au contraire, certains choix politiques empêchent le lancement d’un processus de convergence. La question est de savoir combien de temps cela va durer.

La Wallonie et Bruxelles parmi les pays avec le plus bas taux d’activité.

Les différences régionales les plus frappantes se retrouvent sur le marché du travail. Pour de nombreux indicateurs, la Flandre se situe dans la moyenne européenne. Mais la Wallonie et Bruxelles se retrouvent trop souvent en queue du peloton européen, avec la compagnie peu enviable des régions périphériques italiennes, espagnoles et grecques. En 2020, trois personnes sur quatre âgées de 20 à 64 ans en Flandre travaillaient. En Wallonie, le taux d’emploi en 2020 était de 64,6%, à Bruxelles il était de 61,3% pour cent. Toutes deux font partie des régions d’Europe les moins bien loties. Et la différence de taux d’emploi entre la Flandre et la Wallonie n’a fait qu’augmenter au cours des 20 dernières années.

Les différences les plus douloureuses se situent probablement au niveau des chiffres de la pauvreté. Pour plusieurs indicateurs, la Wallonie et certainement Bruxelles font partie des régions les plus pauvres d’Europe, tandis que la Flandre s’en sort plutôt bien. En Flandre, quelque 1,5% de la population était confrontée à une privation matérielle sévère, tandis qu’en Wallonie, ce chiffre atteint 6,8% et même 8,8% à Bruxelles. Les chiffres de la pauvreté en Belgique sont tout simplement inacceptables pour le pays prospère que nous sommes et voulons être, et cela concerne principalement la Wallonie et Bruxelles. Ces différents taux de pauvreté se traduisent également par des différences dans l’espérance de vie.

Des explications inadéquates

Ces énormes différences économiques sont encore trop souvent expliquées de manière trop facile. Pour la Wallonie, le retard économique serait dû à la difficile reconversion de l’ancienne industrie, un problème auquel sont également confrontées d’autres anciennes régions industrielles. Cet argument a certainement joué un rôle dans les années 1970 et 1980, mais il est de moins en moins pertinent. Selon les analyses du FMI, dans les années 1990, moins de la moitié du déficit de croissance de la Wallonie par rapport à la Flandre était encore imputable à des glissements sectoriels (dans lesquels l’industrie ancienne jouerait un rôle). La plus grande partie de ce retard n’avait rien à voir avec la dynamique sectorielle. L’importance de ces différentes « positions de départ » a sans doute encore diminué entretemps. En outre, les régions de Liège et du Hainaut affichent des résultats remarquablement moins bons que ceux des autres anciennes régions industrielles d’Europe.

Pour Bruxelles, on se réfère généralement au contexte de la capitale. Il est vrai que la situation socio-économique de Bruxelles est difficilement comparable à celle de la Flandre ou de la Wallonie. Toutefois, même par rapport aux autres régions capitales européennes, Bruxelles est de loin le plus mauvais élève en termes d’emploi et de taux de pauvreté. Il est clair que Bruxelles et la Wallonie ne se résument pas à leur rôle historique.

La pauvreté inadmissible à Bruxelles.

Non sans risque

Les différences économiques ne sont pas sans conséquences, par exemple, en termes de solidarité interrégionale et de climat politique. Il n’y a pas ou peu de flux financiers explicites entre les régions, mais il existe une importante solidarité interrégionale contenue dans les impôts fédéraux et la sécurité sociale. La plupart des analyses indiquent que la Flandre représente un flux sortant annuel de six à sept milliards, tandis que la Wallonie peut compter sur un flux entrant annuel de quelque sept milliards. La seule façon de réduire substantiellement ces flux financiers dans le cadre actuel est que la Wallonie rattrape son retard dans le domaine économique, et surtout sur le marché du travail. Mais cela ne semble pas être dans l’air du temps. Avec une politique inchangée, les transferts resteront en place dans les années à venir.

La Flandre et la Wallonie sont également sur des longueurs d’onde politiques différentes. La différence de situation économique joue plus que probablement un rôle important dans la détermination de ces préférences politiques. Et ces dernières entraînent à leur tour des choix politiques différents dans les deux parties du pays, ce qui risque de renforcer les différences économiques. En soi, bien sûr, ce n’est pas un problème que des préférences politiques différentes apparaissent dans différentes régions. Cependant, la divergence actuelle paralyse la prise de décision fédérale. En outre, les décisions politiques prises dans les régions ont des répercussions sur le développement relatif du bien-être des régions, et donc aussi sur les flux financiers. Comme mentionné ci-dessus, il semble que l’écart de richesse régional continuera à se creuser dans les années à venir. Cela ne fait que menacer d’exacerber davantage la polarisation politique.

Pas de convergence

Dans des circonstances normales, la région économiquement plus forte attirerait les personnes et les capitaux et/ou la région économiquement plus faible se doterait d’un avantage compétitif en termes de coûts grâce à des salaires plus bas et à des terrains et des bâtiments moins chers, ce qui pourrait ensuite servir de base pour attirer de nouvelles activités. Au niveau des régions, ces mécanismes sont perturbés. Fait remarquable, les déplacements de la Wallonie vers la Flandre ont tout simplement diminué ces dernières années. Et en raison du carcan fédéral en matière de salaires, de sécurité sociale, de fiscalité et de politique du marché du travail, il est difficile pour les régions les plus faibles de se constituer un avantage concurrentiel significatif.

La convergence entre les régions devra principalement venir de la politique. Dans l’état actuel des choses, les attentes à cet égard peuvent rester modestes. Aujourd’hui, le débat public en Wallonie semble se focaliser sur le renforcement de toutes sortes de droits sociaux, plutôt que sur des réformes visant à améliorer la productivité, une éducation de meilleure qualité ou l’activation des personnes qui ne travaillent pas jusqu’à l’âge de 65 ans. En ce sens, il est fort peu probable que les choix de politique régionale initient un processus de convergence dans les années à venir.

Des politiques sur mesure

Étant donné les liens économiques étroits, chacune des régions a intérêt à ce que les autres obtiennent de bons résultats économiques. Cela produirait d’importantes retombées et freinerait également les transferts interrégionaux persistants. Dans l’ensemble du débat sur la structure de notre État, une question cruciale devrait donc être posée : Quelle structure étatique peut le mieux soutenir la performance économique des régions ? La structure étatique actuelle ne s’est pas avérée jusqu’à présent capable de soutenir un processus de rattrapage économique des régions en retard. Au contraire, la divergence économique s’accroît, ce qui se traduit également par des préférences politiques différentes dans les régions. En outre, il semble que la différence de prospérité continuera à s’accroître dans les années à venir, ce qui alimentera probablement aussi davantage la polarisation politique. Un ajustement du modèle est donc nécessaire.

La meilleure façon pour les régions d’adapter leur politique à leurs circonstances spécifiques et à leurs préférences politiques est de leur donner le plus grand contrôle possible sur les leviers de cette politique. C’est particulièrement vrai pour le marché du travail. De cette façon, chacune des régions peut réellement se concentrer sur ses propres problèmes spécifiques. Cela doit inévitablement s’accompagner d’un certain niveau de responsabilité financière de la part des régions. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de place pour la solidarité interrégionale, mais plutôt que les régions peuvent d’abord récolter les fruits de leurs propres efforts. La meilleure façon de parvenir à une politique vigoureuse qui renforce les performances économiques dans chacune des régions est probablement de leur confier davantage de leviers politiques et de les assortir d’une responsabilité financière.


L’auteur Bart Van Craeynest est économiste en chef auprès du Voka et auteur du livre Terug naar de feiten (Le retour aux faits).

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20