Des soucis pour le retour de l’Homme sur la Lune en 2024 ? Le patron de la NASA n’en a cure et préfère se la jouer Kennedy

Il y a une quinzaine de jours, un audit d’enquête avait conclu que renvoyer des Américains sur la Lune d’ici 2024 n’était pas un objectif réalisable. Un rapport synonyme de douche froide… sauf pour l’un des principaux concernés. Pour Bill Neslon, l’administrateur de la NASA, les Etats-Unis vont réussir leur pari dans les temps.

Lors d’un audit publié plus tôt ce mois-ci, le Bureau de l’inspecteur général (OIG) de la NASA avait constaté que l’agence était dans l’incapacité d’organiser le retour de l’Homme sur la Lune pour 2024.

L’enquête avait notamment pointé du doigt le fait que les combinaisons lunaires de nouvelle génération nécessaires à cette mission ne seraient pas prêtes pour cette échéance. Très coûteuses, celles-ci doivent permettre aux astronautes de se déplacer plus facilement et plus longtemps sur la Lune.

D’après les estimations de l’OIG, les combinaisons ne seront certainement pas prêtes avant « avril 2025 au plus tôt », rendant caduc l’objectif de 2024.

En outre, d’autres obstacles se dressent devant la NASA. Notamment la conception de l’atterrisseur lunaire HLS, normalement confiée à SpaceX. Blue Origin conteste cette décision d’offrir le contrat à son rival – et non à plusieurs entreprises, comme initialement prévu – devant les tribunaux. Après une première défaite, la société spatiale de Jeff Bezos a intenté un procès devant une autre juridiction. Le temps qu’une nouvelle décision soit rendue, la NASA a décidé d’empêcher SpaceX de continuer son travail.

Sans compter les soucis dans le développement de la fusée SLS et de la capsule Orion, elles aussi nécessaires à cette mission. De multiples retards qui sont causés, entre autres, par des problèmes d’approvisionnement liés à la pandémie de coronavirus.

« Nous pouvons faire des choses difficiles »

Malgré ces (nombreuses) mauvaises nouvelles, Bill Nelson, l’administrateur de la NASA, a fait preuve d’un étonnant optimisme, rapporte Space.com. Il persiste et signe: la NASA réussira à envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2024.

Reconnaissant que tous les soucis mis en lumière par l’audit étaient bien réels, M. Nelson a indiqué qu’ils n’empêcheraient pas la NASA de respecter les délais qu’elle s’est fixés.

« Rappelez-vous ce qu’a dit le président John F. Kennedy », a-t-il déclaré. Une référence au discours que le président américain avait prononcé en 1962 à l’université Rice: « Nous avons choisi d’aller sur la Lune au cours de cette décennie et d’accomplir d’autres choses encore, non pas parce que c’est facile, mais justement parce c’est difficile. »

« Nous pouvons faire des choses difficiles », a ajouté M. Nelson. « Nous sommes un peuple capable (can-do people) ».

« Nous avons l’occasion de relever les défis auxquels nous sommes confrontés, en tant que nation, en tant que membres d’une société mondiale. Pour que l’Amérique soit un leader dans l’espace et qu’elle continue à l’être ici sur Terre, il faudra que nous travaillions tous ensemble », a-t-il conclu.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés