Pourquoi le retour de l’Homme sur la Lune n’est pas encore près d’arriver

Depuis plusieurs années, l’agence spatiale américaine prévoit de poser à nouveau le pied sur la Lune d’ici 2024, mais en raison d’un retard dans l’élaboration des combinaisons d’astronautes de qualité lunaire, la mission Artemis III sera retardée de près de deux ans.

Un peu plus de 50 ans après que le premier homme a posé le pied sur la Lune, la NASA souhaite se rendre à nouveau sur le satellite naturel de la Terre. Un souhait qui devait initialement se concrétiser d’ici 2024. Malheureusement, ce projet semble aujourd’hui impossible à atteindre dans les temps.

Le dernier rapport en date de l’inspecteur général de l’agence révèle en effet que le développement de nouvelles combinaisons lunaires a près de deux ans de retard, ce qui a forcément un impact sur le calendrier de lancement de la mission. « Compte tenu de ces retards anticipés dans le développement des combinaisons spatiales, un atterrissage lunaire à la fin de 2024, comme le prévoit actuellement la NASA, n’est pas réalisable », indique le rapport.

En développement depuis une décennie, ces combinaisons de nouvelle génération permettront aux astronautes de se déplacer plus facilement sur la Lune. Elles ont en effet été pensées pour être plus compactes grâce à un système Life Support Potable réduit, mais aussi pour tenir plus longtemps pour les explorations spatiales.

Elles disposeront également d’un système audio amélioré, de visières à remplacement rapides, mais aussi et surtout de nouvelles articulations au niveau des hanches, des genoux et des épaules ce qui offrira une plus grande liberté de mouvement aux astronautes.

Des ambitions qui ont un coût

Ces améliorations – plus que notables pour les astronautes – représentent malheureusement de sérieux challenges pour les ingénieurs et concepteurs de la NASA. En 2017 déjà, des doutes avaient été émis concernant la possibilité de respecter le calendrier, et ce, malgré les moyens investis dans le projet.

Depuis 2007, ce sont plus de 420 millions de dollars qui ont été injectés dans le développement de combinaisons lunaires. La NASA prévoit « d’investir environ 625,2 millions de dollars supplémentaires » d’ici 2025, précise le rapport. Au total, le développement de ces scaphandres spatiaux devrait coûter plus d’un milliard de dollars à l’agence spatiale américaine.

De nombreux défis

Outre le fait que les combinaisons ne seront certainement pas prêtes avant « avril 2025 au plus tôt », d’autres facteurs pourraient également retarder la mission Artemis III. Le développement des programmes d’atterrisseur lunaire et du système de lancement spatial de la NASA rencontre lui aussi des problèmes. On note également des soucis au niveau de la conception des appareils nécessaires au lancement, dont la fusée SLS, la capsule Orion ou encore l’atterrisseur lunaire de SpaceX. La fenêtre d’atterrissage d’ici 2024 semble de plus en plus impossible à atteindre.

Pour aller plus loin:

Plus
Lire plus...
Marchés