Des scientifiques ont transplanté des excréments de jeunes souris dans des plus vieilles: elles ont rajeuni

Lors d’une recherche menée par des scientifiques britanniques, des souris de laboratoire ont rajeuni. Ou du moins, certains effets de leur vieillissement ont été inversés. Le secret de cette cure de jouvence ? Des microbes fécaux de spécimens plus jeunes.

C’est à une expérience pour le moins singulière – et aux résultats intéressants – que se sont livrés des chercheurs britanniques. Transplanter des microbes fécaux de jeunes souris (3 mois) dans des vieilles souris (18 mois). Et inversement.

Partant du constat que la dégradation de l’intestin (entre autres causes) déclenche un processus de vieillissement qui se manifeste sous de nombreux aspects, ils ont émis l’hypothèse que la manipulation du microbiote intestinal pouvait influencer le développement des principales comorbidités associées à ce vieillissement. « Et, en particulier, l’inflammation affectant le cerveau et la rétine », expliquent les scientifiques, cités par Science Alert.

Les résultats de leur recherche (publiée dans Microbiome) leur ont donné raison. Chez les vieilles souris qui ont reçu des microbes fécaux de plus jeunes, cette inflammation a montré des signes d’inversion, ont constaté les chercheurs. Dans le sens inverse, les jeunes souris ont quant à elles subi des signes de vieillissement. Celles-ci ont souffert d’une perte d’intégrité de la paroi intestinale. Des niveaux élevés de protéines associées à la dégénérescence rétinienne et une suractivation des cellules immunitaires liées à l’inflammation ont également été observés chez ces jeunes souris.

Mieux comprendre l’effet des microbes intestinaux sur la santé

Il était bien sûr déjà connu que modifier le mélange de bactéries de l’intestin pouvait avoir de nombreux effets sur la santé, à de nombreux niveaux.

Chez l’humain, cela peut simplement passer par un changement de régime alimentaire. Mais aussi, comme pour cette expérience, par une transplantation de microbiote fécal. Sauf que cette technique est pour l’instant réservée au traitement de maladies intestinales résistantes aux traitements antibiotiques classiques. Reste à voir si la transplantation de microbes fécaux pourrait aussi être utilisée en vue d’améliorer une vision ou un cerveau qui déclinent à cause de la vieillesse.

« Nos résultats démontrent que les changements associés à l’âge dans le microbiote intestinal murin contribuent à la perturbation de l’intégrité de la barrière intestinale et à l’inflammation systémique et tissulaire affectant la rétine et le cerveau, mais que ces changements peuvent être inversés par le remplacement par un microbiote de donneur jeune », notent les chercheurs.

« Cette étude révolutionnaire fournit des preuves alléchantes de l’implication directe des microbes intestinaux dans le vieillissement et le déclin fonctionnel du cerveau et de la vision, et offre une solution potentielle sous la forme d’une thérapie de remplacement des microbes intestinaux », ajoute Simon Carding, biologiste à l’université d’East Anglia et coauteur de l’étude.

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20