La Maison Blanche prioritaire pour le vaccin Pfizer ? Trump contredit son porte-parole

Isopix

Alors que les autorités américaines avaient annoncé que le personnel soignant à haut risque recevrait le vaccin en priorité, il apparaissait qu’un certain nombre de membres de la Maison Blanche seraient également rapidement vaccinés. Donald Trump est revenu sur cette dernière décision, indiquant toutefois qu’il pourrait y avoir quelques exceptions, uniquement ‘si nécessaire’.

La Food and Drug Administration (FDA) a accordé son autorisation au vaccin Pfizer vendredi soir, donnant le feu vert à sa commercialisation. Ce week-end, la grande campagne d’approvisionnement a débuté sur le sol américain. Toutefois, le nombre de doses reste pour le moment assez limité.

Comme tous les pays qui ont commencé à vacciner leur population, les autorités américaines ont établi des règles de priorité. Aux États-Unis, c’est le personnel soignant à haut risque (âgé et/ou à la santé fragile) qui doit avoir la préséance sur le reste de la population. Les personnes âgées feront elles aussi partie des premières personnes vaccinées.

Exception pour la Maison Blanche ?

Cependant, des sources officielles ont fait savoir aux médias américains que le protocole ne serait pas suivi à la lettre. Elles ont indiqué que des membres de la Maison Blanche pourraient recevoir le vaccin, même s’ils ne rentraient pas dans les critères de priorité. A priori, ces personnes faisaient partie de l’entourage proche de Donald Trump et de Mike Pence.

Ces vaccinations spécifiques était censées permettre au gouvernement de ‘poursuivre les opérations essentielles, sans interruption’, avait fait savoir John Ullyot, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale auprès de la Maison Blanche. Depuis le début de la pandémie, plusieurs foyers épidémiques sont nés dans la résidence officielle du président des États-Unis.

Ullyot avait également indiqué que des hauts fonctionnaires du Congrès et de la Cour Suprême devraient eux aussi se voir inoculer le vaccin en priorité. Il avait précisé que ces entorses au protocole étaient également destinées à donner confiance aux Américains sceptiques face au vaccin.

‘Le peuple américain devrait avoir l’assurance qu’il reçoit le même vaccin sûr et efficace que les hauts fonctionnaires du gouvernement américain sur les conseils des professionnels de la santé publique et des responsables de la sécurité nationale’, avait-il déclaré.

Trump clarifie la situation

L’annonce parue dans la presse américaine a suscité de vives réactions, les détracteurs de Trump voyant là un nouvel exemple du non-suivi des recommandations officielles dans la lutte contre le coronavirus. Qu’il ait été influencé par ces critiques ou non, Trump a finalement décidé de revenir sur cette priorisation de la Maison Blanche.

Sur Twitter, le président américain a indiqué que ‘les personnes de la Maison Blanche devraient recevoir le vaccin un peu plus tard dans le programme, à moins que cela ne soit spécifiquement nécessaire’.

Ainsi, Trump revient sur les déclarations de ses fonctionnaires, qui arguaient qu’une bonne partie du personnel de sa résidence officielle bénéficierait d’une priorité. Demandant un ‘ajustement’ des mesures, le président semble désormais indiquer que ces priorités seront finalement accordées au cas par cas, vraisemblablement en fonction du ‘risque’ encouru par chacun des membres de la Maison Blanche.

Donald Trump, touché par le coronavirus en octobre, a déclaré qu’il ne se ferait pas vacciner tout de suite, mais qu’il se réjouirait de le faire ‘au moment opportun’.