Déjà fin de Google Stadia ? La firme arrête la création de ses propres jeux

(Isopix)

Le service de cloud gaming Google Stadia change de stratégie : fini les jeux créés en interne. Cela signifie également qu’il n’y aura pratiquement plus d’exclusivité sur la plateforme. Et dans un secteur devenu si concurrentiel, il est possible que Stadia ne s’en relève pas.

Google Stadia est une plateforme qui permet de jouer à ses jeux vidéos préférés depuis n’importe où, sur son smartphone. Le service se base sur la technologie du cloud gaming. Aucune console ou PC n’est nécessaire et les jeux et les sauvegardes sont enregistrés en ligne pour éviter de surcharger la mémoire du téléphone. De nombreuses entreprises se sont lancées dans ce service au cours des deux dernières années. On peut citer Luna d’Amazon, xCloud de Microsoft ou encore GeForce Now de Nvidia.

Le grand avantage de Google est qu’il proposait des jeux créés exclusivement pour Stadia. Les joueurs qui étaient intéressés par ces jeux devaient obligatoirement prendre un abonnement pour y jouer. Mais la dernière annonce de Google met fin à cet avantage, parce que la création de tels jeux demande ‘de nombreuses années et des investissements importants’. Les jeux qui sont à la fin du processus de création sortiront au cours de l’année 2021 sur la plateforme. Mais plus aucune nouvelle idée ne sera financée dans ce département. L’entreprise veut réutiliser ses financements pour améliorer la technologie de Stadia.

C’est une mort quelque peu prématurée pour le service de développement, qui n’avait pu encore lancer aucun jeu de sa propre composition. Google ne sait donc en réalité pas si ces lancements auraient attiré de nouveaux abonnés ou non.

La fin de Google Stadia ?

Google avait sorti en grande pompe son service cloud Stadia. Mais il n’avait pas réussi à convaincre grand-monde. En deux mois d’activité, la moitié des utilisateurs avaient déjà quitté le navire. À l’époque, la plateforme ne comptait que peu de jeux disponibles et ne pouvait fonctionner que sur un petit nombre d’appareils. Les mois suivants, Google a rajouté des jeux et a rendu Stadia plus facilement disponible, mais le mal était déjà fait. Plusieurs plateformes, plus complètes, sont sorties entre temps et les joueurs se sont rangés du côté de la concurrence.

En fermant le département ‘développement de jeux’, Stadia perd définitivement son avantage sur ses concurrents. C’est toute la plateforme qui pourrait couler avec. La seule chance de s’en sortir est de lier des partenariats avec des firmes dédiées à la création de jeux et d’obtenir des exclusivités sur certains gros jeux attendus.

Le cloud gaming a certainement un avenir, mais Google Stadia est sans doute arrivé trop tôt et pas préparé.