Dans les aéroports allemands, les policiers traquent… l’absentéisme scolaire

En Allemagne, on prend l’école très au sérieux. Et alors qu’ailleurs dans le monde les agents de sécurité des passagers cherchent des passagers porteurs d’armes, dans les aéroports allemands, ils traquent les familles avec enfants. Le pays a en effet décidé de prendre des mesures contre les parents qui font manquer l’école à leurs enfants pour partir en vacances.

Cette répression était particulièrement visible la semaine dernière, dans l’aéroport de Memmingen, en Bavière, où 6 agents patrouillaient à la recherche de familles avec enfants.

Des amendes très salées

Ce vendredi marquait en effet le dernier jour d’école avant le début des vacances de printemps. Les policiers allemands ont interpellé 21 familles qui tentaient de partir en vacances avec leurs enfants, alors que la semaine d’école n’était pas achevée. Elles ont été dénoncées à l’école et aux autorités locales. Elles encourent une amende très salée, qui varie d’un Länder à l’autre, et qui peut atteindre 2.500 €, à Berlin, voire 10.000 euros dans le Baden-Wurtembourg, affirme The Guardian.

L’absentéisme scolaire

« Avant le début et après la fin des vacances, nous constatons une grosse augmentation du nombre d’enfants absents pour maladie. Dans certains cas, le taux peut être le double ou le triple du nombre normal », explique Heinz-Peter Meidinger, qui dirige une association de professeurs allemandes.

Une loi allemande datant de 1919 oblige les enfants en âge d’être scolarisés d’être en classe (l’instruction à domicile est interdite) pendant les heures d’école. Elle prévoit des exceptions en cas de maladie, et pour les occasions spéciales. Mais celles-ci doivent être motivées par un médecin ou par les parents, et dûment autorisées par l’école. En Allemagne, les dates des vacances scolaires varient d’un État à l’autre pour éviter les congestions du trafic.

Une nouvelle tendance: la banalisation des départs

Mais une nouvelle tendance émerge : les Allemands voyagent de plus en plus souvent à l’étranger pour leurs vacances, fréquemment par avion, compte tenu de l’effondrement du prix des billets, de la banalisation des vols low-cost et de la multiplication des liaisons assurées.

Pour certains parents, il peut être très tentant de faire pratiquer l’absentéisme scolaire à leurs rejetons pendant une journée ou deux, pour profiter d’un pont, ou acheter des billets à des prix moins élevés, parce que leurs dates de vol ne coïncident pas avec les congés scolaires. L’écart de prix entre les vols en période scolaire et les autres peut atteindre plusieurs centaines d’euros dans certains cas. Et il en va de même pour les hébergements.