Le 1er janvier 2023, la Croatie rejoindra officiellement la zone euro: quelles en seront les conséquences ?

L’Union européenne (UE) a levé ce mardi les derniers obstacles à l’adoption de l’euro par la Croatie. Cela ouvre la voie à une entrée de la Croatie dans la zone euro le 1er janvier 2023.

Lors d’une réunion à Bruxelles ce mardi, les ministres des Finances des pays de l’UE ont adopté trois lois qui ont ouvert la voie à l’entrée de la Croatie dans la zone euro. Fait remarquable, elle deviendra le premier pays à adopter la monnaie unique européenne depuis 2015, lorsque la Lituanie, État membre, a commencé à utiliser l’euro.

L’adhésion de la Croatie devrait avoir un impact positif sur l’économie de ce pays des Balkans. Mais les pays de l’euro actuel en récolteront également les fruits : le mois dernier, lorsque la Commission européenne a décidé que le pays remplissait toutes les conditions, Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré que l’euro lui-même sera renforcé par l’adhésion de la Croatie.

Guerre et tourisme

L’adoption de l’euro par la Croatie devrait également apporter des avantages politiques, car les Balkans sont encore sous le coup des brutales guerres civiles des années 1990, qui ont laissé la région historiquement à la traîne par rapport aux pays européens plus riches en termes politiques et économiques. L’adhésion à la zone euro envoie un signal fort : la Croatie a récupéré et est prête à jouer dans la cour des grands.

En outre, les visiteurs du pays ne devront plus convertir leur argent en kuna croate, ce qui constitue un avantage majeur pour les 340 millions de personnes vivant actuellement dans la zone euro. La Croatie, un pays qui tire quelque 20 % de son produit intérieur brut (PIB) du tourisme – la part la plus importante de toute l’UE – en bénéficiera sans aucun doute.

La fin d’un voyage de six ans

Zdravko Marić, ministre des Finances de la Croatie, s’est battu pendant six ans pour rendre l’adhésion possible. Cela n’a pas toujours été facile : il existe un certain nombre de critères d’adhésion stricts qu’un pays doit remplir avant de pouvoir être admis. Il s’agit notamment d’une inflation faible, de finances publiques saines, d’un taux de change stable et de coûts d’emprunt limités.

La santé des finances publiques est mesurée, par exemple, en examinant le déficit et la dette publics. Bien que la Croatie se soit trouvée dans des eaux dangereuses pendant un certain temps lors de la pandémie de coronavirus, le niveau d’endettement est de nouveau en baisse constante. Selon les analystes, c’est un bon signe que la trajectoire budgétaire du pays est sur la bonne voie.

En termes d’inflation, la Croatie a également obtenu de bons résultats l’année dernière. Pour être admis dans la zone euro, l’inflation ne devait pas dépasser 4,9 % d’avril 2021 à avril de cette année. Au final, elle a atteint une moyenne de 4,7 %, ce qui signifie que la Croatie a obtenu le feu vert dans ce domaine également.

Toujours une certaine consternation

Certains politiciens européens restent toutefois prudents. Norbert Kleinwächter, un membre d’extrême droite du Bundestag, le parlement de la République fédérale d’Allemagne, a par exemple affirmé que la Croatie risquait de devenir « la nouvelle Grèce ». Les politiciens de la CDU (centre-droit) et du FDP (libéral), tout en se félicitant de l’adhésion de la Croatie, ont également averti qu’une consolidation fiscale était encore nécessaire.

Marić, pour sa part, a fait valoir, cependant, que le pays a fait un bon travail sur ce plan.  » De 2017 à 2019, nous avons même eu un excédent budgétaire « , a déclaré le ministre à Euractiv mardi.

(JM)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20