Pourquoi l’Afrique doit aussi se préparer au pire

Isopix

Pour l’heure, le continent africain reste une des zones relativement épargnées par le virus. Seuls 30 des 54 pays sont officiellement touchés par le covid-19. Mais l’OMS tire la sonnette d’alarme. Les pays africains doivent se préparer au pire.

Au début de l’épidémie, le continent africain ne comptait que très peu de cas. Et cela a très peu évolué pendant un long moment. Un cas avait été détecté en Égypte, en Algérie et puis au Nigéria, mais c’était très épisodique. Le continent semblait vraiment être épargné par le virus.

Puis en quelques jours, le virus s’est fortement propagé et aujourd’hui 605 cas sont recensés sur le continent. À l’échelle du continent, et comparé à l’Europe et l’Asie, ce n’est vraiment rien. L’OMS a toutefois décidé de tirer la sonnette d’alarme aujourd’hui, pour demander aux chefs des pays africains de se préparer. L’organisation emploie des mots forts: ‘L’Afrique doit se réveiller.’

Les foyers

Il faut dire que d’importants foyers de la maladie se sont déclarés au nord et au sud du continent, et même certains pays du centre commencent à faire face à une augmentation du nombre de contaminations. L’Égypte est le plus gros foyer avec 210 cas confirmés et 6 morts. À l’autre bout, en Afrique du Sud, 116 personnes ont été testées positives. On peut aussi épingler l’Algérie avec 75 cas. Ce sont les trois principaux foyers de continent. À eux trois, ils représentent près de deux tiers des cas africains.

À l’heure actuelle, c’est dans ces pays que la situation est réellement préoccupante et où il faut tenter d’endiguer le virus dès maintenant. Comme en Europe, c’est une question de temps avant que le covid-19 ne traverse les frontières. Entre les pays du nord de l’Afrique et entre les Pays du Sud, le Sahara étant évidemment une barrière naturelle.

Mesures

Les dirigeants semblent l’avoir compris. Ils n’ont eu besoin que de voir la situation en Europe pour comprendre que le virus passait vite d’une nation à l’autre. Du coup, beaucoup de pays se sont inspirés des mesures prises en Europe et les ont appliquées avant même que l’épidémie ne soit installée. Une grosse partie a notamment fermé ses frontières, en tout cas à certaines nationalités.

Le Kenya, le Maroc, le Sénégal et 10 autres pays ont fermé les écoles. Comme chez nous, tout le système éducatif est à l’arrêt. Là aussi, on conseille aux travailleurs, dans la mesure du possible, de faire du télétravail. Mais c’est évidemment mission impossible pour tous les métiers manuels.

Au Sénégal, au Maroc, en Tunisie et en Algérie, les autorités ont demandé d’éviter les rassemblements religieux. Les mosquées et autres lieux de cultes sont d’ailleurs fermés.

L’OMS reste inquiète

Malgré toutes ces mesures prises préventivement, l’OMS continue de s’inquiéter pour l’Afrique. ‘Le meilleur conseil à donner à l’Afrique est de se préparer au pire et de se préparer dès aujourd’hui’, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Il est certain que si l’Afrique connait une épidémie de coronavirus comme en Europe, elle ne pourra certainement pas y faire face correctement.

Mais si l’Afrique à la possibilité de fermer ses frontières, elle aura beaucoup plus de mal de mettre sa population en confinement comme c’est le cas en Europe de l’Ouest. Les Africains ont déjà dû mal à survivre à la pauvreté: ‘On manque de tout ici. On ne peut pas, par exemple, fermer le grand marché. Si jamais ça arrive, ce n’est pas le coronavirus qui va nous tuer mais c’est la misère et la faim’, explique un vendeur de mobylettes, Boureima Baguian, un Ivoirien, cité par l’AFP.

Malheureusement, les systèmes de santé des pays africains sont très loin d’être performants. En Europe, avec une bonne couverture médicale, les hôpitaux sont déjà surchargés. Si l’épidémie devait réellement se propager en Afrique, de nombreux malades ne seraient pas pris en charge. Des personnes porteuses continueraient à travailler sans changer leurs habitudes, car elles en ont besoin pour survivre. Une potentielle catastrophe humanitaire.

Il est d’ailleurs possible qu’il y ait beaucoup plus de cas de coronavirus que ce qui est déclaré. La maladie a toutefois été importée dans les pays d’Afrique par des personnes qui ont les moyens de voyager et qui ont donc les moyens de se soigner. Cependant, s’ils contaminent les classes les plus pauvres, le virus pourra se répandre beaucoup plus rapidement. Les autorités doivent donc prendre des mesures beaucoup plus strictes dès maintenant pour ne pas en arriver là.

Si les rayons du soleil sont néfastes pour le virus, il a maintenant été prouvé qu’il résistait à des températures proches des 56°C pendant 20 à 30 minutes. Mais on ne le répétera jamais assez, on ne connait pas encore bien ce virus et la façon dont il réagit, c’est pourquoi les mesures de prudences s’imposent. En Europe et aux États-Unis, dans des températures plus clémentes, des chercheurs ont même affirmé que le virus pouvait tenir 3 heures dans l’air.

Lire aussi: