Chasse à l’homme pour les passagers du Westerdam après un cas de coronavirus signalé

Le navire de croisière Westerdam accoste au port maritime de Sihanoukville, au sud-ouest du Cambodge, le 14 février. (Photo par Li Lay/Xinhua/Isopix)

Les passagers du navire de croisière cambodgien sont désormais suivis à la trace après le signalement d’un cas de coronavirus chez une Américaine.

Les passagers du Westerdam pensaient leur supplice enfin arrivé à sa fin, voilà qu’il recommence. Après avoir erré pendant onze jours sur les mers d’Asie, interdit d’accès dans cinq pays, le paquebot a enfin pu amarrer au Cambodge le 14 février. Le Premier ministre cambodgien Samdech Techo Hun Sen a lui-même accueilli les passagers débarqués du bateau dans le port de Sihanoukville après que tous aient été testés négatifs au coronavirus. C’était avant qu’une passagère américaine de 83 ans ne soit testée positive en Malaisie. La chasse à l’homme (ou au virus) est maintenant lancée.

Selon l’agence Reuters, la Holland America Line a déclaré qu’elle travaille avec les gouvernements et des experts des centres américains de contrôle des maladies (CDC) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour suivre les passagers débarqués du Westerdam. Elle précise qu’aucun des 1.454 autres passagers et 802 membres d’équipage n’avait signalé de symptômes.

‘Les clients qui sont déjà rentrés chez eux seront contactés par leur service de santé local et recevront de plus amples informations’, déclare la compagnie. ‘Ces experts (de la santé) travaillent avec les autorités sanitaires nationales compétentes pour enquêter et assurer le suivi des personnes qui ont pu être en contact avec la passagère’, a déclaré le Dr Grant Tarling, médecin-chef de la Holland America Line.

Des passagers dispersés sur plusieurs pays

La passagère américaine infectée par le virus avait quitté le Cambodge pour la Malaisie samedi à bord d’un vol… en compagnie de 144 autres passagers du navire. Selon les autorités malaisiennes, environ 137 des 145 personnes à bord de ce vol étaient déjà parties pour d’autres pays dimanche après n’avoir montré aucun signe de maladie. Mais la panique pourrait vite se propager, quand on sait que le virus peut aussi infecter sans montrer de symptômes. La Malaisie a ainsi interdit l’entrée des derniers passagers du Westerdam, selon les médias locaux.

D’autant plus que des dizaines d’autres passagers du paquebot ont aussi traversé la Thaïlande et se sont rendus dans d’autres pays, selon les responsables thaïlandais. D’autres se trouvaient également dans des hôtels de Phnom Penh, la capitale. Et au moins 236 passagers et 747 membres d’équipage sont restés à bord du navire au large de la ville portuaire cambodgienne de Sihanoukville, a déclaré Holland America.

Plusieurs centaines d’autres passagers qui ont quitté le navire seraient également toujours au Cambodge, selon la passagère Holley Rauen, infirmière de santé publique et sage-femme de Fort Myers, en Floride. ‘Je crois qu’il y a 300 Américains ici à cet hôtel, plus quelques centaines d’autres venant d’autres pays. Nous allons tous être testés pour le coronavirus aujourd’hui et demain par le ministère cambodgien de la santé’, a-t-elle déclaré.

Elle indique qu’ils ignorent encore quand ils pourront enfin rentrer chez eux mais que la compagnie travaille à la réservation de leurs vols. En espérant que leurs plans ne tombent pas à l’eau à cause d’un énième rebondissement…

Lire aussi: