CES de Las Vegas: près de 2 millions de smartphones vendus en Belgique en 2019, et toujours plus chers

The app for the CarePredict Tempo Series 3 appears on display at the CarePredict booth during CES Unveiled before CES International, Sunday, Jan. 5, 2020, in Las Vegas. The wearable device for seniors detects changes in the senior’s activity and can alert caregivers and family. (AP Photo/John Locher)

Environ 1,8 million de smartphones se sont écoulés en Belgique l’an dernier, selon des chiffres de l’institut d’études de marché et d’audit marketing Gfk cités par Samsung en marge du salon de l’électronique Consumer Electronics Show (CES) organisé à Las Vegas.

La division belge de la marque sud-coréenne a pris à son compte 49 % des ventes en termes de volume et a partiellement tiré profit de l’impasse dans laquelle se trouve actuellement son rival chinois Huawei.

Toujours d’après les statistiques de Gfk, le prix moyen à l’achat d’un smartphone neuf était de 404 euros l’an dernier, contre environ 360 euros en 2017. Le marché belge tend donc de plus en plus vers le segment haut de gamme.

Apple domine

Un segment toutefois dominé par Apple, dont les téléphones sont en moyenne plus chers à l’achat que ceux de Samsung (2e) et de Huawei (3e). Le géant électronique sud-coréen domine cependant les ventes globales tant en volume qu’en valeur, devançant dans les deux cas la marque à la pomme et son rival chinois.

Lire aussi: Samsung écrase la concurrence en vendant déjà 6,7 millions de smartphones 5G

Ce dernier a, semble-t-il, fortement souffert des soupçons d’espionnage qui pèsent sur lui et des sanctions américaines qui en ont découlé. L’administration Trump a en effet interdit aux entreprises américaines de vendre des équipements à Huawei, qui s’est ainsi retrouvé hors d’accès du système d’exploitation Android de Google, ne pouvant plus offrir des applications très populaires à ses clients sur ses nouveaux appareils.

En marge du CES, grand-messe mondiale de l’électronique et des nouvelles technologies, Samsung Belgique a reconnu avoir constaté un arrêt brutal dans la progression de Huawei à partir du mois de mai et avoir pu en tirer profit sur le marché belge. L’entreprise n’a pas souhaité donner davantage de détails, les chiffres de vente étant confidentiels.

Lire aussi: