Ce que les Romains peuvent nous apprendre sur l’inflation et l’effondrement du dollar

L’effondrement inflationniste du denier des Romains nous apprend beaucoup sur les problèmes actuels de la politique monétaire américaine.

Le taux d’inflation annuel des États-Unis est passé de 8,5% en mars à 8,3% en avril. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis les années 1980 et, selon de nombreux experts, il est peu probable que la baisse se poursuive de manière significative à court terme. Selon les estimations de sites web tels que ShadowStats, les prix à la consommation américains connaîtraient même un taux d’inflation réel de plus de 15%.

La question de l’inflation sera de plus en plus au centre de l’élaboration des politiques des gouvernements dans les mois à venir. « Nous serons de plus en plus conscients du piège de la dette auquel le gouvernement américain est confronté. Une augmentation d’un point de pour cent des taux d’intérêt lui coûtera 230 milliards de dollars supplémentaires », écrit Alasdair Macleod, analyste chez Goldmoney.

La grande question est de savoir si le président américain Joe Biden répondra à l’inflation en réduisant le budget du gouvernement en période de déclin économique. Selon Macleod, c’est très peu probable. Après tout, une hausse de trois ou quatre pour cent des taux d’intérêt pourrait être catastrophique pour l’économie américaine.

Le Royaume-Uni a connu une situation similaire dans les années 1970 et a dû être secouru par le Fonds monétaire international (FMI). Toutefois, ce ne serait pas une option pour les États-Unis aujourd’hui. « Il est impossible que le FMI ou toute autre organisation supranationale puisse intervenir dans la politique économique américaine », affirme Macleod. Cela serait dû au fait que les dirigeants américains ne comprennent pas ou ne reconnaissent pas pleinement leur marché, alors que la réalité du marché devrait guider les politiques monétaires des politiciens, estime l’analyste.

Il est intéressant de noter que Macleod voit une série de parallèles entre les problèmes actuels de l’économie américaine et les problèmes du denier, la pièce d’argent romaine. Après quelque deux siècles de dévaluation monétaire, le denier romain a fini par ne contenir presque plus d’argent. Une bureaucratie de plus en plus coûteuse a paralysé l’économie des Romains et a précipité la chute de leur empire.

L’Occident dévalue des pièces pour payer sa prospérité et ses armées

Bien qu’une telle comparaison historique soit difficile à soutenir pour diverses raisons et qu’il existe des différences essentielles entre l’histoire des États-Unis et celle de l’Empire romain, nous pourrions néanmoins apprendre beaucoup de la disparition du denier. En effet, les systèmes américain et romain auraient en commun une « bureaucratie étouffante » et un « manque de valeur du système de monnayage », estime Macleod.

L’empereur romain Néron a commencé à dévaluer le denier au premier siècle de notre ère en réduisant la quantité d’argent présente dans la pièce. La teneur en argent de la monnaie romaine a dû baisser parce que le prodigue Néron n’avait plus assez d’argent pour payer ses armées. Quarante-trois empereurs après Néron ont poursuivi ce processus de dévaluation jusqu’à ce que, deux siècles plus tard, sous l’empereur Dioclétien, la pièce soit remplacée par un nouveau système monétaire. Le système de Dioclétien utilisait plusieurs nouvelles pièces : l’argentine en argent, le follis ou nummus recouvert d’une feuille d’argent et le radiatus en bronze. Cependant, les pièces de bronze ont rapidement perdu toute valeur en raison d’une inflation impitoyable.

Depuis les années 1930, l’économie américaine présenterait de plus en plus de parallèles avec cette histoire romaine, pense Macleod. « Tout comme les empereurs de Rome ont dévalué leurs pièces pour payer leur prodigalité et leurs armées, les États-Unis et leurs alliés occidentaux ont dévalué leurs pièces pour payer leur prospérité et leurs dépenses militaires », relève l’analyste. Il était essentiel pour les empereurs romains de dépenser des sommes considérables pour l’armée. Ceux qui n’avaient pas les moyens de se payer des soldats risquaient de se faire tuer par la garde prétorienne, ou garde du corps impériale.

Environ 225 ans après le règne de Néron, l’empereur Dioclétien aurait fait une nouvelle tentative pour sauver la bureaucratie trop coûteuse et les finances désastreuses de Rome avant d’introduire un nouveau système de monnayage. En l’an 301, l’empereur a introduit un décret sur les prix prévoyant un montant maximum pour tous les types de biens et de services. La limite de prix la plus élevée de l’édit concernait une livre de soie teinte en violet, avec un plafond de 150.000 deniers. Un lion sauvage coûtait également le même montant. L’objectif était de préserver le pouvoir d’achat des soldats et de limiter l’inflation en équilibrant les prix des biens et des services.

« Biden n’est pas Dioclétien, mais le gouvernement américain sera bientôt tenté d’introduire un contrôle des prix. Quant aux produits alimentaires, les prix de la viande et des produits laitiers pourraient atteindre le maximum de Dioclétien cet été », pense Macleod.

Le dollar implose beaucoup plus vite que le denier

Il y a une deuxième comparaison à faire avec le denier romain et le dollar américain. Les pièces romaines étaient à une époque la monnaie la plus importante pour une grande partie du monde connu. Le dollar américain est la plus importante monnaie de réserve du monde depuis près d’un siècle. Quelque 170 formes de monnaie fiduciaire seraient liées au billet vert américain.

« Un effondrement accéléré du dollar fera tomber la plupart de ces monnaies, aussi sûrement que l’effondrement de la monnaie romaine a conduit le monde au Moyen Âge », estime Macleod. Le problème actuel de l’inflation et de l’endettement de l’économie américaine représente un piège moderne de l’endettement comme nous n’en avons jamais vu auparavant. « Cela conduira inévitablement à une accélération de l’inflation monétaire et finalement à un effondrement du pouvoir d’achat du dollar », ajoute l’analyste.

Si une crise du crédit devait se produire, cela pourrait faire exploser l’inflation. Macleod parle déjà d’un « moment moderne de Dioclétien », ou d’un moment final de dévaluation avant l’effondrement d’un système monétaire, avec toutes ses conséquences. « Une crise du crédit est toujours l’aboutissement d’un cycle de crédit, endémique aux économies déstabilisées par des systèmes bancaires qui tentent de stimuler la consommation par l’inflation de la monnaie et du crédit », explique encore l’analyste.

L’effondrement du fournisseur de services financiers américain Lehman Brothers, dont la faillite en septembre 2008 a entraîné la crise du crédit, ne serait qu’un avant-goût d’une autre crise économique majeure, estime Macleod. « Et contrairement aux Romains, qui ont mis 225 ans pour détruire le denier, ses successeurs et l’empire lui-même, la vague actuelle de destruction de la monnaie semble devoir se terminer dans un siècle environ », conclut l’analyste.

(CP)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20