Markten:
Markten inladen...

JEUDI 13 AOûT

Business 24/7

Zoeken
scrollTop top

‘Ce ministre ne passera pas l’année’: les polémiques pèsent déjà sur le gouvernement Castex

Logo Business AM
Politique

07/07/2020 | Baptiste Lambert | 7 min de lecture

Darmanin (Intérieur) et Dupont-Moretti (Justice), Isopix

Les ministres du nouveau gouvernement français à peine nommés, les premières polémiques pointent le bout de leur nez. Deux ministres en particulier font l’objet de vives critiques. Gérald Darmanin, accusé de viol, et Éric Dupond-Moretti, dont la nomination passe mal chez les magistrats.

Avec son nouveau gouvernement, Emmanuel Macron ne bouleverse pas le paysage politique. Au mieux y glisse-t-il quelques paillettes, comme l’ancienne ministre Roselyne Bachelot (Culture), bien connue pour son franc-parler. Après tout, le président français déclarait il y a quelques jours vouloir conserver son projet de 2017 ‘au cœur de sa politique’, un projet toutefois adapté ‘aux bouleversements internationaux et aux crises que nous vivons’.

Dupond-Moretti, tout frais ministre de la Justice, fait certainement partie de cette catégorie. Le célèbre avocat pénaliste aime étaler son verbe. Parfois un peu trop, comme en témoignent les vidéos de ses interviews déterrées depuis hier sur les réseaux sociaux.

Au-delà de quelques maladresses, et de vives critiques du côté politique – MLP a dégainé très rapidement, rappelant que l’avocat voulait à l’époque faire interdire le RN et supprimer l’anonymat des réseaux sociaux, des ‘poubelles à ciel ouvert’) -, EDM fâche la magistrature.

‘Une personnalité aussi clivante et qui méprise à ce point les magistrats, c’est une déclaration de guerre à la magistrature’, a réagi lundi soir l’USM, le syndicat majoritaire chez les juges. Pour comprendre, il faut se rappeler que l’avocat pénaliste plaidait en 2018 pour supprimer l’École nationale de la magistrature au motif qu’elle formait ‘une caste’.

EDM est accusé de ‘mépris envers la justice’, lui qui critiquait encore récemment les magistrats qui menaient l’enquête pour coincer Sarkozy, avec ‘des méthodes de barbouzes’. Toujours les bons mots ! Le phrasé est précis, souvent tranchant. L’avocat agace. Les critiques sont répétées au fil des interviews: la justice ? ‘Gangrenée par un corporatisme forcené’, ‘incapable de faire son autocritique’, ‘une bureaucratie à plein régime’…

L’homme de 59 ans, déclarait encore il y a deux ans ‘être sûr de ne pas vouloir faire de la politique’. Il a visiblement changé d’avis. Outre la magistrature, le ministre de la Justice va devoir maintenant faire face aux feux nourris des journalistes et des internautes. Et cela a déjà commencé sur les réseaux sociaux qu’il aime tant.

Darmanin: entre parcours idéal et accusation de viol

Le rédacteur-en-chef bien connu de Paris Match, Bruno Jeudy, déclarait ceci dans les minutes qui ont suivi la nomination de Gérarld Darmanin: ‘Il enchaîne en un peu plus de trois ans le budget et l’Intérieur, deux ministères majeurs – Un sans-faute qui ressemble à une trajectoire de présidentiable.’

Mais aussi vite, ce portrait de gendre idéal s’est assombri. Les internautes étaient là pour rappeler que le ministre faisait l’objet d’une accusation de viol. Pour beaucoup, déjà une condamnation.

‘La nomination de Gérald Darmanin, accusé de viol et de violences sexuelles est une insulte à toutes les victimes’, écrit une journaliste indépendante dont le tweet a été repartagé des milliers de fois. L’avocate de la plaignante se dit elle ‘en choc’.

De son côté, interrogé par l’AFP, l’entourage du président affirme que cette plainte ‘n’a pas fait obstacle’ à la promotion du ministre. ‘Il semble que les choses vont dans le bon sens’, a déclaré cette source sans autre précision. Cette affaire remonte à 2009. Sophie Patterson-Spatz accuse le désormais ministre de l’avoir violée. Après deux ans de bataille procédurale, la cour d’appel de Paris avait ordonné la reprise de l’enquête mi-juin. Le ministre a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante, mais selon lui librement consentie.

Les cadavres sortent de terre. Comme ce tweet dans lequel le ministre était apparemment fier de se rendre à la ‘Manif pour Tous’. ‘Ils ne passeront pas l’année’, parient déjà plusieurs internautes.

Source: BusinessAM


Pour aller plus loin...


Logo Business AM

Business AM | La citation du jour