Brussels Airlines: les syndicats et la direction s’entendent sur un accord de principe

La direction et les syndicats de Brussels Airlines ont conclu un accord de principe sur la restructuration annoncée le mois dernier, ont indiqué mercredi les trois syndicats et la direction. Le nombre de licenciements effectifs n’est pas encore connu.

La compagnie aérienne, filiale de Lufthansa, a annoncé la suppression jusqu’à 1.000 postes, soit un quart de ses effectifs. Cette mesure est nécessaire pour garantir la compétitivité de Brussels Airlines, explique-t-on chez Brussels Airlines.

« Après six semaines de longues et intenses négociations, la direction et les syndicats ont conclu un protocole d’accord portant sur un plan social dû à la réduction de la voilure de la flotte, ainsi que sur une nouvelle structure de rémunération et une adaptation des horaires du personnel navigant », soulignent, dans un communiqué, les syndicats CNE/ACV Puls, Setca/BBTK et CGSLB en front commun.

Ce protocole et les CCT qui y sont liées seront très prochainement présentées au personnel.

« Nous sommes bien conscients que tout cela transformera profondément l’entreprise, mais nous avons pu obtenir plusieurs garanties qui nous permettront de préserver un cadre de travail dans lequel le personnel pourra continuer à travailler dans des conditions acceptables », concluent les syndicats.

De Croo espère que les négociations sur le soutien iront vers une « phase décisionnelle »

Le ministre des Finances Alexander De Croo espère par ailleurs que les négociations sur le soutien à Brussels Airlines iront après jeudi vers une « phase décisionnelle ». Mais pour y arriver, il faut que les actionnaires de Lufthansa, maison-mère de Brussels Airlines, approuvent le plan de sauvetage, ce qui n’est pas encore certain.

M. De Croo se dit satisfait que les syndicats et la direction de Brussels Airlines ont conclu un protocole d’accord sur la restructuration. « Les travailleurs ont fourni d’importants efforts et leur engagement ne doit pas être sous-estimé », dit-il.

« Il est particulièrement important qu’un business plan réaliste et tourné vers l’avenir soit exécuté correctement. C’est le seul moyen pour Brussels Airlines de croître de manière rentable dans les années à venir et pour les employés d’avoir des perspectives d’emploi suffisantes à plus long terme », ajoute-t-il.

Le ministre attend les résultats de l’assemblée générale des actionnaires de Lufthansa jeudi. M. De Croo espère qu’après l’approbation, qui est loin d’être certaine, « les négociations sur l’aide fédérale à Brussels Airlines entreront également dans une phase décisive ».

Plus
Lire plus...
Marchés