« Boris, l’orateur »: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (3)

Boris Johnson est de loin l’homme politique dont on parle le plus dans l’hémisphère occidental depuis que Trump a quitté ses fonctions. Si vous deviez soumettre à un producteur de films un scénario décrivant la vie de Johnson, il le jetterait à la poubelle : « irréaliste ». Nous nous sommes plongés dans cette vie tristement célèbre et, en quatre parties, nous essayons de déterminer d’où vient toute cette énergie. Aujourd’hui, « Boris l’orateur ».

Dans la première et la deuxième partie, nous avons écrit que les normes éthiques de Johnson concernant sa vie amoureuse et sa vie politique sont pour le moins discutables. Il a été mis à mal à plusieurs reprises par la quasi-totalité de la presse – y compris la presse conservatrice – pour son comportement contraire à l’éthique. Pourtant, il a réussi à devenir Premier ministre de son pays. « He must do something right« , peut-on penser.

Un stylo et une langue aiguisés comme un rasoir

Une grande partie de ce succès est due à la plume acérée qu’il manie dans les colonnes pour le Daily Telegraph. Celles-ci lui permettent d’attaquer les gouvernements en place et d’établir son propre programme. Il a aussi le talent de mettre la population à l’aise en dégageant un optimisme débridé. Même lorsque le pays traverse la crise la plus profonde.

Johnson a également beaucoup appris des orateurs grecs et romains qu’il admire beaucoup. Son grand exemple est le général et orateur athénien Périclès, qui était un populiste sans vergogne et très aimé du peuple. Boris Johnson est également un grand connaisseur de l’histoire grecque et lit des poèmes et des histoires en grec pour se détendre.

Il n’est ni Churchill ni Obama, mais il est probablement l’orateur le plus drôle de la politique. C’est pourquoi, dans des circonstances très difficiles, il parvient à se sortir de presque toutes les situations.

Dans cet épisode, nous aimerions faire ressortir quelques citations qui illustrent ce que nous entendons par son impressionnant – bien qu’un peu lourd, mais certainement créatif – talent d’écrivain et d’orateur.

A propos du « sport anglais », le Ping-Pong

(Photo : Luis Tejido/EFE/ISOPIX)

En tant que maire de Londres, il s’est rendu à Pékin en 2008, où il a repris la flamme olympique pour la transférer dans sa ville. Cette dernière accueillait les Jeux en 2012. Il s’est adressé aux Chinois comme suit.

« Mesdames et Messieurs, le ping-pong a été inventé sur les tables de repas en Angleterre au 19ème siècle. C’est vraiment le cas, sous le nom de wiff waff. Et c’est là, je pense, la différence essentielle entre nous et le reste du monde. D’autres pays comme la France ont regardé la table du dîner et y ont vu une opportunité de dîner. Nous avons regardé la table du dîner et avons vu une opportunité pour le jeu de wiff waff. Et à tous les Chinois et au reste du monde, je dis : ….. Ping-Pong rentre à la maison ! »

A propos de Nick Clegg, le libéral démocrate qui a gouverné avec le conservateur Cameron

Vice-président des affaires mondiales et des communications de Meta, Nick Clegg (Isopix)

Boris a écrit ce qui suit : « Clegg est une sorte de version bon marché de David Cameron, assemblée à la hâte dans un atelier clandestin de Shanghai pour répondre à la demande du marché. »

A propos de Hillary Clinton

Hilary Clinton. (Wikimedia Commons)

Il l’a décrite en 2007 comme « une blonde teintée avec la moue et le regard glacial d’une infirmière sadique dans un établissement psychiatrique ». À l’époque, il n’avait pas encore rencontré Bill Clinton et espérait qu’il était passé à côté de ce commentaire. La réponse est non.

A propos du président turc Recip Erdogan

Le président turc Recep Tayyip Erdogan – Isopix

Boris a ridiculisé le leader turc dans un limerick, un poème humoristique typiquement anglais:

“There was a young fellow from Ankara,
Who was a terrific wankerer.
Till he sowed his wild oats,
With the help of a goat,
But he didn’t even stop to thankera.”

Il l’a envoyé à son magazine préféré, The Spectator, et a même gagné 1 000 £ pour avoir remporter le concours du poème satirique. Une telle chose n’est possible qu’au pays des Monty Python.

Lors de sa visite au Pérou

« Le Pérou a été cartographié par le colonel P.H. Fawcett, qui est un parent éloigné de ma mère. Il a disparu là-bas et a probablement été mangé. »

Lorsqu’il est devenu ministre des Affaires étrangères, sous le règne de Theresa May, les discours mais aussi les gaffes se sont accumulés – un livre entier pourrait en être écrit. Son adjoint Alan Duncan a décrit son travail dans les médias comme suit : « Je suis le ramasseur de crottes de Boris. Je nettoie la merde qu’il laisse derrière lui. »

Nous terminons, comme à chaque fois, sur ce que Boris lui-même pense de son parcours. Lorsque son assistant Bernard Jenkin a suggéré qu’il serait préférable qu’il cesse de faire toutes ces gaffes, il a répondu : « Elles font partie de ma personnalité. »

Nous consacrons la dernière partie à « Boris le Brexiteur », qui l’a fait entrer dans les livres d’Histoire, pour le meilleur, mais probablement surtout pour le pire, lorsque, dans cinquante ans, nous regarderons ce qu’il a laissé derrière lui.


L’auteur Xavier Verellen est PDG de la scale up QelviQ, dont les bureaux sont situés à Anvers et à New York. QelviQ est une société spécialisée dans l’Internet des objets qui commercialise dans le monde entier une solution pour servir les vins à la température idéale. (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20