« Boris, le joueur »: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (1)

Boris Johnson est de loin l’homme politique dont on parle le plus dans l’hémisphère occidental depuis le départ de Trump. Si vous deviez soumettre à un producteur de films un scénario décrivant la vie de Johnson, il le jetterait à la poubelle : « irréaliste ». Nous nous plongeons dans cette vie tristement célèbre et tentons en quatre parties de montrer d’où vient toute cette énergie. Aujourd’hui : « Boris le joueur ».

« Par où commencer ? » soupirent beaucoup d’Anglais quand on additionne ses frasques. 6 enfants avec 3 femmes, bafouant les règles qu’il impose lui-même aux autres et défendant avec beaucoup de chutzpah – d’audace et de cran – des décisions auxquelles il ne croit pas vraiment. Les Français diraient « Il faut le faire ».

Boris Johnson après sa rencontre avec la mort en avril 2020, lorsqu’il a dû rester en soins intensifs pendant une semaine – Isopix.

Les origines de son insouciance

L’une des facettes de sa personnalité est une grande témérité, la mentalité d’un joueur qui gagne souvent et qui continue donc à jouer. Il le dit lui-même : « Il arrive un moment où vous devez allumer la dynamite sous les roues de votre propre vie et vous laisser aller à la dérive. On verra ce qui se passera ensuite. »

Sens de l’humour britannique. Un ministre a tenté de défendre l’une des fêtes organisées – Partygate – pour l’anniversaire de Boris, au cours de laquelle des membres du personnel lui auraient jeté un gâteau au visage. Le ministre n’a eu d’autre choix que d’avouer qu’il avait été attaqué par un gâteau : « Embusqué par un gâteau » – Source : Isopix.

Boris est un classiciste – nous y reviendrons plus tard, car il a trouvé une grande partie de sa pensée chez les Grecs – mais il a hérité de cette mentalité de joueur de l’écrivain P.G. Wodehouse. Il a admiré cet écrivain et surtout le personnage principal, Wooster, dès son plus jeune âge. Bertie Wooster est un aristocrate qui provoque sans cesse des catastrophes, mais qui est toujours sauvé par son majordome Jeeves.

Deux poids deux mesures, déjà à l’époque de ses études

Le tristement célèbre club de Bollingdon, toujours composé d’un maximum de 24 membres, était le summum de l’amusement insouciant. Une grande partie de l’élite anglaise qui allait plus tard diriger le pays appartenait à ce club. Ils rendaient régulièrement Oxford dangereux, détruisant parfois des restaurants et des pubs, et, en plus d’une extraordinaire arrogance élitiste, cultivaient une passion anarchique pour la transgression des règles. Il ne faut pas s’étonner que Boris ait pris les règles corona à la légère alors que toute la population devait s’aligner. Ils ont été élevés de cette façon.

Frustration d’une manifestante britannique à Londres après qu’il ait été annoncé que le Premier ministre faisait la fête alors que tout le pays était confiné – Isopix.

Une nonchalance qui va très loin

Ce style chaotique et arrogant rayonne également sur son image nonchalante délibérément entretenue, ce qui le fait paraître moins menaçant. Lors de son premier mariage, sa belle-mère a expliqué pourquoi Boris n’avait pas de costume décent : « C’est que ses pieds sont trop grands, mais sinon il se serait marié avec les chaussures de mon mari et aurait trébuché dans l’allée. »

Le Brexit, le plus grand pari économique du XXIe siècle

Le Brexit était, bien sûr, le plus grand pari de sa carrière. En choisissant le camp des « Leavers », il a littéralement mis en danger l’économie britannique, et ce sans aucun plan élaboré pour l’avenir. Il y avait une vague idée de construire un « Singapour de la Tamise », une sorte d’État de libre-échange en Europe sans réglementation, mais tout cela est resté une idée. Nous y reviendrons dans un autre épisode, car cela reste de loin l’histoire politique la plus pénible de ces 25 dernières années.

Il doit reconnaître sa supériorité à Corona

Bien sûr qu’il aurait attrapé le Coronavirus. La frivolité avec laquelle il a traité cet ennemi invisible, à la manière de Trump, était du pur Boris. Au début de la crise, le 5 mars 2020, il a laissé échapper : « J’étais dans un hôpital il y a quelques jours où, je crois, il y avait quelques patients et j’ai serré la main de tout le monde. » Il a poursuivi : « La meilleure chose à faire est de se laver les mains avec du savon en chantant deux fois ‘Happy Birthday’ ! Exactement un mois plus tard, il luttait pour sa vie aux soins intensifs. Le médecin-chef ne pouvait pas en rire : « Une heure de plus et vous auriez pu être mort ».

Le verdict sévère de l’establishment

Il n’est donc pas surprenant que David Cameron, ancien Premier ministre du Royaume-Uni, le considère comme un « greased piglet » : un « porcelet graisseux » qui parvient toujours à se sortir de circonstances difficiles.

Max Hastings, l’ex-rédacteur en chef du Daily Telegraph – son ex-patron, bien sûr, puisque Boris Johnson a longtemps été journaliste – va plus loin : « Il dira au mari, à la femme, à l’enfant tout ce qui lui donne satisfaction sur le moment, qu’il doive ou non le contredire dix minutes plus tard. Parce qu’il crée l’impression qu’il peut s’en tirer à bon compte, il utilise cette caractéristique pour se faire pardonner une série de folies, de gaffes, d’idioties et de manigances. »

Le successeur de Max Hastings, Charles Moore, l’exprime de manière encore plus tranchante : « On sait toujours exactement où on en est avec lui, parce qu’il déçoit toujours. »

Boris Johnson lui-même déclare dans une interview au Daily Mirror : « Je suis un jongleur. Je peux avoir tout ce que je veux. » Dans la deuxième partie, nous verrons que c’est certainement le cas pour les femmes.


L’auteur Xavier Verellen est PDG de la scale up QelviQ, dont les bureaux sont situés à Anvers et à New York. QelviQ est une entreprise de l’Internet des objets qui commercialise dans le monde entier une solution pour servir les vins à la température idéale. (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20