« Boris, le coureur de jupons »: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (2)

Boris Johnson est de loin l’homme politique dont on parle le plus dans l’hémisphère occidental depuis que Trump a quitté ses fonctions. Si vous deviez soumettre à un producteur de films un scénario décrivant la vie de Johnson, il le jetterait à la poubelle : « irréaliste ». Nous nous sommes plongés dans cette vie tristement célèbre et, en quatre parties, nous essayons de déterminer d’où vient toute cette énergie. Aujourd’hui, « Boris le coureur de jupons ».

Partie I : « Boris le joueur »: le parcours fou d’un pilote lourdaud

La vie privée de Boris Johnson est importante. Car depuis vingt ans, la plus ancienne démocratie du monde dépend en grande partie de la façon dont les épouses de Johnson pensent la politique et la société.

La raison en est d’une part tragique, mais d’autre part également révélatrice. Boris Johnson n’a pas de vrais amis. Lorsque les temps sont durs, il cherche des maîtresses auprès desquelles il peut vider son sac et où il peut trouver une certaine sécurité. Il n’a jamais vraiment vu non plus de problème à l’infidélité.

Les Grecs et les Turcs ont formé son image des femmes

Cette désinhibition à l’égard des femmes est, comme tout le reste, liée à son éducation. Il a vu comment son père Stanley, également un homme politique très connu en Grande-Bretagne, trompait sa mère et abusait de sa femme.

Mais ce sont surtout les auteurs grecs qui l’ont conforté dans l’idée que les hommes ne devaient pas avoir de rancune ou de culpabilité pour l’adultère. Cela était diamétralement opposé à la morale chrétienne.

Ses racines turques, dont il était très fier, l’ont convaincu que la monogamie n’était pas nécessaire. Son arrière-arrière-grand-père était Ali Kemal d’Anatolie, un grand opposant d’Ataturk, le fondateur de la Turquie actuelle.

Femmes fortes

Vous trouverez ci-dessous une liste de ses principales conquêtes. Elles en disent long sur les valeurs des hommes, mais elles montrent aussi que des femmes comme Marina Wheeler et Carrie Symonds ont eu un impact considérable sur la politique de Boris Johnson. Il n’est pas le premier homme politique à avoir une femme forte derrière lui. Bill Clinton a eu la brillante Hillary, F.D. Roosevelt n’a pu devenir le meilleur président que les Américains aient jamais eu que grâce à sa femme Eleanor. Obama, lui aussi, ne serait pas grand-chose sans Michelle.

Numéro 1 : Allegra Mostyn-Owen

Sa première femme était un premier prix instantané, du moins dans la culture machiste d’Oxford. Allegra a même fait la couverture de l’aristocratique magazine Tatler. Son père était directeur de la maison de vente aux enchères Christie’s et sa mère était une célèbre journaliste italienne. À l’âge de 23 ans, ils ont décidé de se marier.

Il l’emmène à Bruxelles où il devient correspondant du Daily Telegraph pour les affaires européennes. Elle s’y languit tandis que Johnson se consacre entièrement à son travail. Elle finit par retourner en Angleterre et le mariage s’éteint tranquillement en 1992.

Numéro 2 : Marina Wheeler

Il a immédiatement entamé une relation avec Marina Wheeler. Marina était une femme posée, intelligente et sûre d’elle, qui avait étudié le droit à Cambridge et s’était spécialisée dans le droit européen. Elle a travaillé comme avocate à Bruxelles.

Cette femme a joué un rôle crucial dans la vie de Johnson, non seulement parce qu’elle a toujours couvert ses futurs adultères avec de nombreuses femmes, lui permettant de vaquer tranquillement à ses occupations, mais aussi parce qu’elle lui a donné quatre enfants et a joué un rôle crucial dans le débat sur le Brexit.

Elle a écrit un article très argumenté dans le magazine conservateur anti-UE The Spectator, dans lequel elle expliquait que la Cour européenne de justice avait contrecarré les lois parlementaires britanniques sur l’asile, l’immigration et l’emploi. Elle a expliqué en détail que le Premier ministre de l’époque, David Cameron, avait complètement échoué à défendre la souveraineté du Parlement britannique contre le pouvoir toujours croissant de l’UE et de son système judiciaire. Ses amis ont dit que cela lui a donné l’énergie nécessaire pour mener une campagne beaucoup plus intense.

Isopix

Numéro 3 : Petronella Wyatt

Sa relation avec la toujours brillante et intelligente Petronella était féroce et a commencé en 2000. Elle était son adjointe quand il est devenu rédacteur en chef du Spectator. En 2001, elle est tombée enceinte mais a fini par se faire avorter.

Tout le bureau était au courant de cette relation et il n’a pas hésité à prendre un vol avec Marina pour lui rendre visite pendant ses vacances.

Elle est ensuite retombée enceinte. Boris l’a suppliée de garder le bébé mais, malheureusement, elle a fait une fausse couche.

Isopix

Numéro 4 : Helen MacIntyre

Johnson a entamé une relation avec cette vendeuse d’art de 35 ans, qui entretenait également une relation stable avec l’homme d’affaires respecté Pierre Rolin. Chaque fois qu’il était absent, il mettait son chapeau et se rendait à vélo à son appartement. Après tout, il était le maire de Londres à l’époque et de loin le visage le plus connu en Angleterre après la reine. Mais cela ne l’a pas empêché d’avoir une relation avec elle. Cela semble incroyable parce que ça l’est.

À la surprise générale – la presse anglaise avait enfin découvert cette relation – elle eut un autre enfant. L’ADN a montré que l’enfant était celui de Boris. Un Pierre Rolin amer accuse Johnson de n’avoir « aucun sens moral ». Il pense qu’il a droit à tout et qu’il est au-dessus de tout. Qui peut lui donner tort ?

Helen MacIntyre (Photo : Nick Harvey/REX/Shutterstock/Isopix

Numéro 5 : Jennifer Arcuri

Le soir de l’ouverture des Jeux olympiques de 2012 à Londres, Johnson est parti tôt pour se rendre à l’appartement de l’entrepreneuse américaine Jennifer Arcuri. Dotée d’un sens de l’humour prononcé, elle utilisait son charme pour se frayer un chemin dans la haute finance. Il a entretenu une relation passionnée avec elle jusqu’en 2019, lorsque la saga du Brexit a fait rage.

Lorsque la relation a pris fin, il était toujours avec Marina, mais il a repris contact avec Petronella parce qu’il était à nouveau déprimé. Ce dernier l’a exhorté à ne plus commettre d’adultère. « Non, je ne vais plus refaire ça », a-t-il répondu fermement …… jusqu’à ce que, dans le même souffle, il lui demande si elle veut recommencer une relation avec lui…

Jennifer Arcuri et Boris Johnson (Photo : Vicki Couchman/REX/Isopix)

Numéro 6 : Carrie Symond

En 2019 – Boris a déjà 55 ans – il entame une relation avec Carrie Symonds, la flamboyante responsable de la communication du Parti conservateur, âgée de 29 ans. Marina en a eu assez et décide de divorcer.

Paul Dacre, le principal rédacteur en chef du journal conservateur Daily Mail depuis 50 ans, a écrit ce qui suit lorsqu’il a entendu parler de cette dernière relation : « Que le parti même des valeurs familiales ait choisi ce leader à l’éthique d’un chat errant serait une insulte aux félins. »

Symonds jouera cependant un rôle majeur dans la politique. Après tout, elle fait partie de la génération « woke », qui défend de nouvelles priorités : elle s’attache à résoudre les inégalités et à défendre les droits des minorités, elle est une fervente partisane de l’énergie verte et s’intéresse de près au rôle du gouvernement. Ce dernier point est en fait en contradiction avec les valeurs du parti conservateur.

Isopix

De nombreux membres du parti trouvent que les transgressions de Boris Johnson contre le confinement et son adultère moins graves que son renoncement aux principes économiques qui ont fait du Royaume-Uni de Thatcher et Cameron une puissance économique forte.

Comme pour chaque épisode, nous terminons celui-ci par une citation de Boris, cette fois à propos des femmes. « Quelle est la différence entre une femme et un mauvais travail ? » a-t-il suggéré lorsqu’il avait sombré à nouveau dans la dépression après la rupture d’une relation, alors avec Helen MacIntyre. « Après quelques années, un mauvais travail vous épuise encore. » Il a ensuite plaisanté : « Quand tu arrêtes de mentir à ta femme, ton mariage est fini. »

Dans la troisième partie, nous nous pencherons sur son plus grand talent : son talent d’écrivain et d’orateur inné.


L’auteur Xavier Verellen est PDG de la scale-up QelviQ, avec des bureaux à Anvers et à New York. QelviQ est une entreprise de l’Internet des objets qui commercialise dans le monde entier une solution pour servir les vins à la température idéale. (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20