“Boris, le Brexiteur”: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (4)

Boris Johnson est de loin l’homme politique dont on parle le plus dans l’hémisphère occidental depuis que Trump a quitté ses fonctions. Si vous deviez soumettre à un producteur de films un scénario décrivant la vie de Johnson, il le jetterait à la poubelle : « irréaliste ». Nous nous sommes plongés dans cette vie tristement célèbre et, en quatre parties, nous avons essayé de déterminer d’où vient toute cette énergie. Aujourd’hui : la dernière partie, « Boris le Brexiteer ».

Partie I : « Boris, le joueur »: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (1)
Partie II : « Boris, le coureur de jupons »: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (2)
Partie III : « Boris, l’orateur »: le parcours fou d’un dirigeant lourdaud (3)

Cette dernière partie porte sur l’histoire et le rôle de Boris Johnson dans la décision de loin la plus importante que les Britanniques aient prise au cours des 50 dernières années. La façon dont les Britanniques ont fini par sortir de l’UE remplira des livres d’histoire entiers avec des conséquences qui seront économiquement bien plus importantes, dans un sens négatif, que ce que nous estimons aujourd’hui.

Nous reconstituons une partie de l’histoire à partir du rôle joué par Boris Johnson.

Les origines de son scepticisme

En 1990, Johnson avait été pendant un temps correspondant pour l’UE du Daily Telegraph. Cette année-là, il est témoin de l’extrême pression exercée par François Mitterrand et Helmut Kohl sur Margaret Thatcher pour transformer l’Union européenne en une union monétaire. Il s’agissait du précurseur de l’euro, à savoir le mécanisme de change européen (MCE). Ceci afin de garantir que les taux de change entre toutes les monnaies fluctuent moins.

Ce « coup » a convaincu de nombreux Britanniques sceptiques – et aussi Johnson – que l’UE finirait par devenir une union politique.

Ce scepticisme a été renforcé par le traité de Lisbonne en 2005 – approuvé par Tony Blair – qui a réduit le droit de veto des États membres individuels et étendu le champ de décision de la Cour de justice européenne.

Isopix

L’âpre campagne elle-même

En 2013, le Premier ministre de l’époque, David Cameron, a finalement cédé et a montré sa volonté de coopérer avec un référendum in-out. Principalement pour s’assurer que le parti conservateur ne s’effondre pas.

Par la suite, une guerre civile a éclaté au sein de ce parti. Boris a finalement choisi le camp du « Leave ». La lutte était si âpre que des accusations ont été lancées ici et là.

Un collègue du parti, David Davis, l’a qualifié d’échec. La réponse de Boris a été tout aussi virulente : « Je vais te botter le cul ». Boris Johnson a accusé le leader travailliste Jeremy Corbyn d’être un « poulet désinfecté » et un « pédé ». Il l’a mis au défi de participer à des élections anticipées en le traitant de « fille lâche ». Le pays entier a fini par se diviser en deux.

Boris lui-même a supposé qu’ils n’avaient aucune chance. Mais c’était sans le maître stratège et psychopathe Dominic Cummings.

Le coup de maître

  • Tout d’abord, à aucun moment un véritable plan économique n’a été présenté ou expliqué. Cela ne ferait que mener à des discussions et il n’y avait pas de véritable plan.
  • Johnson a fortement promu la souveraineté du Royaume-Uni avec le slogan « TAKE BACK CONTROL » (reprenez le contrôle), ce à quoi personne ne pouvait vraiment s’opposer. En particulier, la reprise en main de la politique d’immigration était un point de l’ordre du jour que de nombreux Britanniques pouvaient soutenir.
  • Lorsque Johnson a même réussi à devenir Premier ministre, Cummings a accentué le caractère décisif de Johnson avec le slogan « GET BREXIT DONE ».
  • Cummings a ensuite mis le Parlement britannique sur la touche en réduisant toute la saga du Brexit à une bataille entre « PEUPLE contre PARLEMENT ».
  • Il a également laissé Boris partir pour Bruxelles lors des négociations finales avec le message que le Royaume-Uni n’avait aucun problème avec un « NO DEAL ».
Dominic Cummings, le maître stratège qui a fait passer le Brexit et qui fait maintenant la guerre à son ex-patron (Source : Isopix).

Les mensonges de la campagne

Nous terminons avec les mensonges racontés par la campagne du « Leave », et c’est une sacrée liste. Johnson avait également le don d’émettre les propositions les plus ridicules. Mais c’étaient presque tous des mensonges. Vous trouverez ci-dessous une anthologie :

  • 59% de la législation britannique est décidée par Bruxelles.

FAUX. C’est seulement 15%

  • Les sachets de thé ne peuvent pas être réutilisés.

FAUX. Mais ce sont les Britanniques qui ont demandé cette règle.

  • Chaque semaine, 350 millions de livres vont à l’UE.

FAUX. Cela représentait environ 148 millions de livres par semaine.

  • 77 millions de Turcs pourront bientôt rejoindre l’UE et entrer au Royaume-Uni.

ERREUR. L’adhésion de la Turquie n’a jamais vraiment été envisagée. Anecdote lapidaire : Johnson lui-même avait réalisé en 2008 un documentaire prônant l’adhésion.

  • Il n’a jamais été aussi facile de conclure de nouveaux accords commerciaux après le Brexit.

ERREUR. À ce jour, le Royaume-Uni ne dispose d’aucun accord décent avec l’un des principaux blocs économiques.

  • Chaque bokking (un hareng fumé et salé) doit reposer sur un lit de glace.

JUSTE. Ce sont encore les Britanniques qui ont demandé cette règle stupide.

  • Trump lui a assuré que les échanges commerciaux allaient quadrupler avec les États-Unis.

FAUX. Il n’existe pas, même de loin, d’accord commercial avec les États-Unis.

Pendant ce temps, le pouvoir de la Grande-Bretagne se réduit encore et les promesses d’une « Grande-Bretagne globale » qui jouera à nouveau un rôle sur la scène mondiale est une chimère nostalgique basée sur le passé glorieux de « l’Empire britannique » il y a plus de 125 ans, lorsque les Britanniques contrôlaient effectivement près de 40% du monde. Il reste difficile pour eux de dire adieu à leur passé et de s’intégrer dans ce nouveau monde où il y a près de 8 milliards d’habitants et de nombreux nouveaux acteurs mondiaux.


L’auteur Xavier Verellen est PDG de la scale up QelviQ, dont les bureaux sont situés à Anvers et à New York. QelviQ est une entreprise de l’Internet des objets qui commercialise une solution pour servir les vins à la température idéale dans le monde entier. (www.qelviq.com)

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20