Au Royaume-Uni, on remplace des trains électriques par des locomotives diesel, crise énergétique oblige

Face à la flambée des prix de l’énergie, des opérateurs du secteur du fret ferroviaire britannique sont poussés à troquer leurs trains électriques contre des locomotives diesel. Impossible de faire autrement pour continuer à être rentable, selon eux.

Cette semaine, le Rail Freight Group, l’association professionnelle représentant les opérateurs du secteur du fret ferroviaire au Royaume-Uni, a déclaré que certains de ses membres sont en train d’abandonner leurs trains de marchandises électriques. Ils les remplacent par des locomotives diesel, plus lents et plus polluants, en raison de la flambée des coûts énergétiques.

« L’augmentation significative actuelle du coût de gros de l’électricité pour le transport de marchandises signifie que certains opérateurs ont dû prendre la décision regrettable de revenir temporairement aux locomotives diesel », a fait savoir l’organisme.

Un changement obligatoire pour rester rentable

L’association représentant le fret ferroviaire britannique a indiqué que la facture relative à l’exploitation des trains électrique était impossible à payer, sous peine de perdre toute rentabilité.

« Une augmentation de 200% du coût de l’électricité pour chaque train ne peut pas être absorbée par les opérateurs ou les clients, et les mesures nécessaires sont donc prises pour garantir que les trains puissent continuer à transporter des marchandises essentielles dans tout le pays », a ainsi expliqué le Rail Freight Group.

Freightliner, l’une des quatre grandes entreprises de fret ferroviaire, fait partie de celles à avoir dû revenir au diesel. Un choix qu’elle a qualifié de « difficile ».

« En raison de la flambée des prix sur le marché de gros de l’électricité au Royaume-Uni, le prix que Network Rail (ndlr, le gestionnaire des voies ferrées britanniques) nous facture pour exploiter des services de trains électriques a augmenté de plus de 210% entre septembre et octobre », s’est justifié l’opérateur dans un communiqué.

Bien sûr, toutes les entreprises qui remplacent actuellement l’électrique par le diesel ont assuré qu’il s’agissait d’une mesure temporaire. De plus, le Rail Freight Group précise que ces décisions font l’objet d’un examen aussi constant que minutieux.

« Le rail reste le moyen le plus efficace en termes d’émissions de carbone »

De son côté, Network Rail, indiqué que pareil phénomène ne se produirait pas pour le transport des passagers.

« Les coûts de l’électricité pour Network Rail et les opérateurs de transport de passagers ont été négociés il y a quelque temps et sont fixés pour cette année et la majeure partie de l’année prochaine », a assuré un porte-parole auprès de Energy Live News.

« Quelques opérateurs, cependant, sont soumis au prix de gros actuel du marché de l’électricité que Network Rail répercute directement au prix coûtant. Malgré cela, le rail reste le moyen le plus efficace en termes d’émissions de carbone pour déplacer de grandes quantités de marchandises et de personnes dans le pays », a-t-il souligné.

Le Rail Freight Group a abondé dans ce sens, arguant que le fret ferroviaire émet toujours plus de trois quarts de carbone en moins que le transport routier, même en utilisant des locomotives diesel.

Plus
Dernière mise à jour:
Dernière mise à jour:
Lire plus...
Marchés
BEL20