Applaudissements à la Chambre, drapeau jaune et bleu au Seize, mais l’Ukraine est amère contre la Belgique: voici la liste du matériel que la Vivaldi n’a pas envoyé

Rally around the flag : un classique en temps de guerre. Et c’est ainsi que l’ensemble de l’hémicycle a applaudi sans retenue, opposition et majorité, le discours que le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a prononcé pour condamner fermement la Russie. Deux exceptions : le Vlaams Belang se méfiait des sanctions « qui pouvaient aussi frapper notre peuple », tandis que le PTB a tenu tout un discours pour justifier le courroux de la Russie et expliquer que « l’OTAN et les Américains avaient également rompu l’équilibre sécuritaire de la guerre froide ». Pendant ce temps, le drapeau ukrainien a été hissé au Seize. Mais dans les couloirs, l’ambassadeur ukrainien en Belgique a exprimé sa vive amertume. La coalition Vivaldi a systématiquement refusé de fournir du matériel et des armes. Juste avant l’invasion russe, l’Ukraine a de nouveau imploré un soutien concret par l’intermédiaire de son ministre de la Défense: des mortiers et de canons antiaériens Mistral, entre autres. Notre ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) n’a pas donné suite à la demande.

Dans l’actualité : les bottes russes entrent en Ukraine, Kiev est pris en tenaille.

Entretemps : À Bruxelles, l’UE prend des sanctions. Mais l’Allemagne est en désaccord avec l’arme ultime : expulser les Russes du système bancaire SWIFT.

Les détails : L’amertume à l’égard de l’UE est énorme en Ukraine. La Belgique tient aussi sa part.

  • Lunettes de vision nocturne, casques, gilets pare-balles, caméras thermographiques, matériel de communication militaire, radars, robots démineurs, systèmes sonar, véhicules médicaux, brouilleurs anti-drones : tout ceci figure sur la liste de souhaits que l’Ukraine, via le ministre ukrainien de la Défense Oleksii Rznikov, a envoyé à Ludivine Dedonder (PS), son homologue belge. La lettre a été envoyée le 23 février, quelques heures avant que le président russe Vladimir Poutine ne lance son offensive nocturne.
  • En fait, les Ukrainiens ont demandé beaucoup plus. 27 points au total : il s’agit d’une liste qui circule depuis bien plus longtemps. Des armes telles que des canons antiaériens SAM, des missiles sol-air, mais aussi des munitions pour mitrailleuses, pour mortiers, pour artillerie et même pour la marine. Cette liste était générique : elle a été envoyée à tous les pays de l’OTAN. À la Belgique, ils ont spécifiquement demandé « des systèmes de missiles portatifs de défense anti-aérienne (Mistral) et des lance-grenades (M2), pour « arrêter le coût d’une invasion par l’agresseur russe ».
BusinessAM
  • Plusieurs points marquants dans la lettre du ministre ukrainien de la Défense datant du 23 février:
    • Il remercie d’abord la Belgique pour son soutien autour de « l’intégrité territoriale » de leur pays, et souligne en même temps « le large soutien au niveau de votre Parlement fédéral ».
    • Mais il se réfère aussi aux courriers précédents: « Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, la République tchèque, la Pologne, les États baltes et la Turquie ont déjà livré leur marchandise. Les Pays-Bas et le Danemark ont décidé de le faire ».
    • « Les défis et les menaces auxquels l’Ukraine est aujourd’hui confrontée sont énormes pour notre pays. Et avec le soutien de nos partenaires et alliés, nous nous préparons à une attaque du régime russe. »
BusinessAM
  • Quelques heures plus tard, l’attaque suivait. La veille, le Conseil national de sécurité s’était réuni pour discuter de la situation, notamment de la demande de l’Ukraine. La Vivaldi décide alors d’accepter la demande de fourniture d’équipements militaires de protection. Il s’agissait déjà d’un changement de cap majeur, car pendant des semaines, le gouvernement fédéral était divisé sur la question, si bien que la Belgique n’a rien fourni du tout.
  • Mais la Belgique a rejeté la demande spécifique de fournir des Mistrals et des M2, ainsi que tout autre armement tel que des munitions. « La défense belge en a besoin pour pouvoir remplir ses engagements au sein de l’alliance de l’OTAN », a expliqué De Croo après le Conseil de sécurité.
  • Il a écarté l’affirmation selon laquelle il y avait des divisions politiques, comme l’ont révélé d’autres sources gouvernementales : « Les Verts font toujours de l’obstruction lorsqu’il s’agit d’armes ou de quoi que ce soit dans ce domaine ».
  • Invitée sur le plateau de Jeudi en Prime, sur la RTBF, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS) a expliqué qu’elle ne pouvait fournir de l’équipement que depuis des stocks de réserve « que nous n’avons pas ». Comprendre: nos armes doivent être disponibles pour nos militaires dans le cadre de leurs missions de l’OTAN.
  • Pour la ministre, le débat politique sur le choix de livrer ou non des armes à l’Ukraine « n’a donc pas eu lieu ». La Belgique agit avec ses partenaires et ne peut intervenir que dans le cadre de l’OTAN. C’est la ligne centrale qui est défendue. Il faut éviter l’escalade.
  • Dans les cercles verts, le refus politique d’envoyer du matériel et des armes est fermement contredit. Ils soulignent eux aussi qu’il n’y a pas eu de discussion au sein de la Vivaldi parce qu’il n’y avait tout simplement pas d’armes à disposition au sein de l’armée belge.
  • Les Ukrainiens sont très amers face à l’attitude des Européens, mais aussi des Belges. Officiellement, l’ambassade ne souhaite pas faire de commentaires, mais ce n’est pas une coïncidence si la lettre contenant les demandes de matériel a fuité.
  • « Des casques et des gilets pare-balles ? C’est une moquerie ! », a pour sa part commenté, Yehor Pyvovarov, chargé d’affaires de l’Ukraine auprès de la Belgique, dont les propos ont été rapportés par Le Soir. Il regrette la décision de notre pays alors que d’autres partenaires de l’OTAN ont été plus loin: « Les Américains, les Anglais, les États baltes, la Tchéquie nous donnent des armes pour défendre la vie de nos soldats. »

Le contexte : la Belgique s’est montrée hier très « ukrainienne » en paroles et en gestes.

  • « Le drapeau ukrainien a été accroché au 16 rue de la Loi en signe de solidarité avec le peuple ukrainien », a annoncé triomphalement Tom Meulenbergs, le porte-parole du Premier ministre, avec une vidéo pour l’illustrer sur Twitter.
  • Au même moment, De Croo a lui-même envoyé une image du Parc du Cinquantenaire, illuminé aux couleurs du drapeau ukrainien. Lors du sommet européen, plus tard dans la soirée, De Croo adoptait un ton très ferme : « Nous n’avons pas besoin de grands mots, mais de sanctions qui font mal. »
  • Cela correspondait tout à fait à la performance réalisée plus tôt à la Chambre. Son discours a été marqué par un langage fort, salué par (presque) tous, et un soutien apparemment inconditionnel à l’Ukraine :
    • « Il s’agit d’une agression russe sans précédent et inédite contre une Ukraine innocente. »
    • « Aujourd’hui, Poutine étend son agression sur 45 millions d’Ukrainiens. Qu’ils parlent russe ou ukrainien lui importe peu. »
    • « Ce qui dérange Poutine, c’est que les Ukrainiens sont des citoyens libres. Cela le dérange que l’Ukraine soit un pays libre, un pays qui fait ses propres choix, un pays qui se tourne vers l’Occident. »
    • « L’attaque de Poutine est donc une attaque contre la liberté. »
    • « Ce qui est en jeu aujourd’hui n’est rien de moins que la paix et la sécurité en Europe ».
    • « Vladimir Poutine considère que la démocratie et les valeurs occidentales sans faibles, parce que (contrairement à lui) nous n’utilisons pas la violence physique, nous ne risquons pas de vies humaines dans des guerres inutiles. Parce que nous refusons la loi du plus fort et préférons le dialogue politique aux missiles de croisière. »
    • « Ce qui se passe aujourd’hui ne concerne pas seulement l’Ukraine, mais aussi notre sécurité européenne, notre Europe. Une Europe qui opte résolument pour l’État de droit international et une Europe qui a appris que la guerre n’a que des perdants. »
  • Des applaudissements nourris ont suivi, sauf sur les bancs du PTB, et des applaudissements prudents et hésitants du côté du Vlaams Belang.

À noter : Le PTB a fait référence à la « politique de surenchère des États-Unis pour l’élargissement de l’OTAN ».

  • Tant à la Chambre qu’au Parlement flamand, le PTB-PVDA n’a manifestement pas voulu incriminer complètement la Russie. Les chefs de groupe Raoul Hedebouw et Jos D’Haese veulent depuis longtemps contextualiser l’attitude des Russes. Hier, à la Chambre des représentants, il s’agissait de Nabil Boukili, au Parlement flamand de Kim De Witte, tous deux députés du PTB.
  • La discussion au Parlement flamand a été la plus intéressante : le PVDA a eu le choix de voter en faveur d’une résolution qui condamnait fermement l’invasion russe. Peter Van Rompuy (CD&V) et Bruno Tobback (Vooruit) ont avoué que personne ne serait probablement très impressionné par cette résolution, mais que c’était « un signe de solidarité ». Van Rompuy a également demandé que cela se fasse à l’unanimité. Le Vlaams Belang ne semblait pas y voir d’inconvénient, au contraire du PVDA.
  • Kim De Witte (PVDA) a d’abord parlé de « violations flagrantes de la souveraineté ukrainienne », puis a commencé à parler de « faire le bon diagnostic » du conflit. Et tout comme Boukili à la Chambre, De Witte a donné la même explication pour minimiser l’attitude de Poutine :
    • « Il y a eu des accords de paix conclus en 2014 à Minsk, mais ils n’ont jamais été appliqués. Le gouvernement ukrainien a refusé de se conformer à ces accords. »
    • « Et il y a une expansion de l’OTAN à l’est, contrairement aux promesses faites à la Russie. Ils voient cela comme une menace. C’est évident », a analysé De Witte qui a prolongé sa sortie dans les journaux flamands, parlant de « l’orgueil démesuré des États-Unis ».
    • « Supposons que la Russie ou la Chine conclue une alliance avec le Mexique ou le Canada et y construise des bases et y installe des armes. Comment les États-Unis réagiraient-ils ? »
    • « Ce genre de condamnation est une approche infantile, il y a une politique de surenchère de la part des États-Unis pour étendre l’OTAN ».
  • À la Chambre, l’intervention de Boukali a fait bouillonner le Premier ministre : « Poutine a clairement des alliés dans cet hémisphère ». Et d’ajouter : « Faire de telles interventions en ce moment, c’est totalement déplacé ».
  • Dans l’hémicycle, le Vlaams Belang s’est également montré prudent à l’égard des sanctions : « Malgré notre soutien à l’Ukraine, nous devons aussi regarder une autre histoire. Nous devons toujours mettre en balance notre rôle dans ce conflit et les intérêts de notre propre peuple. Bien que des mesures de sanctions soient désormais sur la table, nous pensons qu’elles doivent toujours être intelligentes, ciblées et bien réfléchies. Sinon, elles pourraient revenir nous hanter », a déclaré Annick Ponthier (Vlaams Belang).
  • Le Vlaams Belang, via Filip Dewinter, a des liens historiques avec le régime russe depuis longtemps, à l’image de l’extrême droite européenne. Il ne s’en cache pas. Mais cela ne correspond pas à l’avis du président Tom Van Grieken, qui s’est récemment rendu en Pologne, où il aime manifestement citer le régime en exemple. Dans son attitude à l’égard de l’Ukraine, l’extrême droite est très attentive à ce qu’elle dit, afin de ne pas se retrouver du mauvais côté.
  • Aujourd’hui, au Sénat, le PTB a refusé de signer une condamnation commune et un appel aux sanctions contre le régime de Vladimir Poutine.
Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20