Amazon en passe de remplacer les gouvernements dans la vaccination de masse? Le géant du web veut aider Joe Biden à déployer sa stratégie

Jeff Bezos
Amazon-CEO Jeff Bezos. – Isopix

La multinationale américaine Amazon.com, Inc. a indiqué dans une lettre adressée au président Joe Biden qu’elle veut lui apporter son aide dans le cadre de sa stratégie de vaccination.  

Le géant du web a passé un accord avec un prestataire de soins de santé pour vacciner, dès que possible, les travailleurs de ses entrepôts, de ses centres de données (qui abritent les serveurs pour le cloud, ou informatique dématérialisée) ou encore des magasins Whole Foods. Mais cela ne s’arrête pas là…

En plus de  vacciner ses employés, Amazon veut aider le président dans sa stratégie de vaccination. ‘Nous sommes prêts à mettre nos technologies, nos capacités de communication et notre expertise à votre service pour soutenir les efforts de vaccination déployés par votre administration’.

Pas plus de détails

L’annonce intervient alors que Joe Biden vient d’être proclamé 46e président des États-Unis. Le président s’est fixé pour objectif de fournir quelque 100 millions de doses de vaccin contre le COVID-19 sous les 100 premiers jours de son mandat, un effort qu’Amazon entend soutenir. Dave Clark a aussi félicité Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris.

Amazon n’a pas communiqué plus de détails sur la forme que pourrait prendre son aide.

L’entreprise emploie plus de 800.000 personnes aux États-Unis, ce qui en fait le deuxième employeur privé derrière Walmart Inc. Plus de 19.000 travailleurs américains d’Amazon ont contracté le virus depuis septembre, ce qui souligne l’importance du vaccin pour la sécurité et la sûreté de sa main-d’œuvre.

Un abus de position dominante

Peut-on parler de hasard ? Pas certain… Il y a quelques semaines, Amazon avait demandé aux autorités américaines de pouvoir vacciner son personnel en priorité.  Par cette action, l’entreprise cherche peut-être aussi à redorer son blason. À l’instar des autres BIg Tech, Amazon est dans le collimateur des autorités américaines. La société est accusée d’abus de position dominante, ce qui , selon la justice américaine, nuit aux plus petites entreprises qui passent par sa plate-forme pour revendre leurs produits.

Cette stratégie souligne également qu’Amazon, de par la taille de son entreprise, est peut-être capable de réussir là où nos gouvernements peinent à déployer une vaccination de masse…

D’autres entreprises ont également demandé à pouvoir vacciner leurs employés en priorité. En décembre dernier, Uber avait demandé aux États américains à prioriser ses chauffeurs dans la stratégie de vaccination. 

Lire aussi: