Soupe à la grimace dans l’horeca français: les restos et les bars ne devraient pas rouvrir avant plusieurs mois

Een horecazaak die gesloten blijft omwille van de coronaregels – Isopix

Fermés depuis 30 octobre dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, les restaurants et les bars français ne devraient pas être autorisés à rouvrir leurs portes avant avril pour les uns et même juin pour les autres, écrit le magazine Le Point, soit plus de 5 à 7 mois de fermeture…

Un temps annoncée pour ce 20 janvier, la réouverture des restaurants, bistrots et brasseries en France ne devraient finalement pas intervenir avant le 6 avril prochain, affirme Le Point sur bases de sources proches de l’Elysée, Matignon et Bercy. Et il s’agirait là d’un scénario optimiste… Quant aux bars et cafés, ils pourraient devoir prendre leur mal en patience jusqu’au mois de juin.

Les services du Premier ministre français, Jean Castex, ont démenti cette information en affirmant que la date du 6 avril n’avait jamais été avancée, mais Le Point a confirmé son scoop.

Si un tel calendrier devait bel et bien se confirmer, cela fera plus de 5 mois de fermeture pour les restaurants, depuis le 30 octobre, et plus de 7 mois pour les bars. Des fermetures qu’il faut ajouter à la première fermeture généralisée qui avait duré 2 mois et demi, du 14 mars au 2 juin, l’année dernière.

‘Le problème, c’est qu’on ne sait rien’

‘Mardi, j’ai eu un message d’un ami restaurateur de Lyon, il a eu confirmation du syndicat des restaurateurs’, explique Idir Kemiche, patron de deux restaurants à Reims, au média France 3 Grand Est. ‘On ne sait plus quoi penser, c’est grave, avec les loyers qui tombent, on a 10.000 euros d’aide, mais ça ne suffit pas (…) Certains collègues place d’Erlon ont 10.000 euros de loyer par mois’.

‘Le problème, c’est qu’on ne sait rien, le plus dur c’est ça’, confie pour sa part le chef Daniel Phélizot, de Troyes. ‘Je fais de la vente à emporter au coup par coup. On a les aides de l’État, le PGE (Prêt garanti par l’État, ndlr), heureusement qu’on a les aides. Mais le loyer faudra le rembourser.’

La situation sanitaire en France reste préoccupante avec près de 20.000 cas de contamination par jour ‘et des services hospitaliers toujours sous tension’, résumait ces derniers jours un conseiller de l’exécutif.

Lire aussi: