5 choses qu’un employeur ne vous dira jamais sur le processus de recrutement

(Isopix)

Les entretiens d’embauche sont un moment difficile à passer. L’opinion du recruteur est la seule qui fera réellement pencher la balance de votre côté. Pour mieux vous préparer, voici 5 secrets de recruteur.

Peter Yang est un expert dans le recrutement. Il s’est occupé pendant 15 ans de la gestion des embauches. Il sait donc exactement comment fonctionne le processus de sélection. Et il en dévoile aujourd’hui 5 règles secrètes.

1. Votre personnalité a un réel impact sur vos chances de réussite

Bien que certains puissent sembler froids et distants, aucun employeur n’est totalement objectif dans ses choix. Faire bonne impression est tout aussi important que d’avoir les compétences requises et de bonnes expériences professionnelles. À qualification égale, le recruteur choisira le candidat avec qui il a eu le meilleur feeling.

Ne vous contentez donc pas d’exposer vos qualités professionnelles. Vous devez réussir à créer un contact avec l’employeur et montrer qui vous êtes. Il saura alors que vous serez un bon élément dans la team. Car une bonne ambiance au travail est essentielle pour la productivité.

2. Votre vie entière va être passée au peigne fin

Un bon recruteur ne s’arrête pas à votre CV et votre lettre de motivation pour apprendre à vous connaitre. Il va aussi demander à Google ce qu’il sait de vous. Vos réseaux sociaux seront certainement passés en revue.

Les employeurs les plus motivés peuvent aussi contacter vos anciens patrons et collègues sans vous prévenir. Linkedin est un excellent moyen pour ça, surtout si vous avez des connexions mutuelles.

N’hésitez donc pas à faire un petit nettoyage sur vos réseaux sociaux avant de postuler, surtout si vous ne voulez pas que certaines choses soient connues par votre futur patron. Le mieux est aussi de mettre vos comptes en privé pour qu’une personne extérieure à vos contacts ne puissent pas y accéder.

3. La liste noire des candidats existe

Certaines choses ne passent pas chez les employeurs: mentir sur son CV, être en retard ou encore harceler les ressources humaines pour avoir des nouvelles. Chacun a ses propres limites évidemment. Mais quand vous les dépassez, vous risquez de vous retrouver sur la liste noire. Et après, il devient difficile, voir impossible, d’être sélectionné par la boite.

Selon un sondage de Bullhorn, une entreprise spécialisée dans les logiciels de recrutement, la majorité des employeurs détestent les candidatures non-pertinentes. 1500 chefs de recrutement ont été interrogés pour cette enquête. 43 % sont prêts à blacklister les candidats qui sont hors-propos.

Si vous voyez que vous n’avez pas été retenu, demandez ce qui n’a pas été dans votre candidature. Cela vous permettra de ne plus faire les mêmes erreurs et donc d’augmenter vos chances pour les prochaines fois.

Lire aussi: 3 chercheurs d’emploi sur 4 ne reçoivent pas de réponse à leur candidature

4. Il y a des bonnes et des mauvaises réponses aux questions ouvertes

Les recruteurs ont parfois tendance à dire ‘pas de bonne ou de mauvaise réponse’ lorsqu’il pose une question. Mais évidemment qu’il y en a. Votre interlocuteur sait exactement ce qu’il veut entendre quand il vous demande si vous préférez travailler seul ou en équipe. Certaines réponses sont rédhibitoires à la question ‘quels sont vos plus gros défauts ?’.

L’employeur connait la culture de l’entreprise. Il sait ce qui est bon ou pas pour elle. Ces questions qui semblent à première vue anodines lui permettent de savoir si vous êtes fait pour ce job. Une mauvaise réponse peut faire diminuer les chances d’être engagé.

Vous ne pouvez pas savoir à l’avance ce qu’il faut répondre. Sinon, ce serait trop facile. Mais vous pouvez vous y préparer. Commencez par vous connaitre vous-même : quelles sont vos qualités, vos défauts, vos compétences, vos passe-temps, etc. Ensuite renseignez-vous un maximum sur l’entreprise et sur sa manière de travailler. Vous n’avez plus qu’à mettre en avant vos atouts qui collent le mieux à l’esprit d’entreprise.

5. L’offre de salaire est toujours la plus basse possible

Les coûts salariaux des entreprises sont souvent une grosse partie de leurs dépenses. Normal qu’ils essayent de les réduire le plus possible. Mais il est évidemment toujours possible de négocier. Pour cela, vous devez savoir ce que vous valez. Renseignez-vous sur les barèmes pour votre niveau de compétence et sur les salaires proposés pour la même fonction dans d’autres entreprises. Ensuite, en fonction de la concurrence, vous pouvez réévaluer ce salaire.

Lorsque vous commencez les négociations, ayez en tête une fourchette de valeurs dans laquelle vous voudriez vous retrouvez. N’hésitez pas à mettre en avant tout ce que vous allez apporter à l’entreprise et qui vaut donc bien un salaire plus élevé que la proposition initiale.

Lire aussi: La Flandre capte 70% des emplois générés par les start-up technologiques