2020 est l’année la plus meurtrière en Belgique depuis la Seconde Guerre mondiale

Le Mont des Arts, Bruxelles. Crédit : Unsplash.

Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait eu une telle surmortalité dans notre pays qu’en cette année marquée au fer rouge par le coronavirus.

2020 sera à coup sûr l’année la plus meurtrière pour la Belgique depuis la Seconde Guerre mondiale, selon les chiffres établis par le professeur de démographie Patrick Deboosere (VUB) et publiés ce lundi par De Standaard.

Au cours des dix dernières années, le taux de mortalité le plus élevé enregistré dans notre pays a été de huit décès pour 10.000 habitants. Le mois dernier, on a dû déplorer douze décès pour 10.000 Belges.

Deuxième vague plus meurtrière

Depuis la Seconde Guerre mondiale, il n’y avait jamais eu autant de morts un mois de novembre que cette année. Les chiffres montrent également que la seconde vague sera probablement aussi, voire plus meurtrière que la première.

‘Si les chiffres se stabilisent comme ils le font actuellement, et qu’une moyenne se maintient autour des 100 décès par jour au cours des prochaines semaines, il est possible que la seconde vague soit plus meurtrière que la première’, explique le professeur Deboosere à la VRT.

Surmortalité

La pandémie a donc bel et bien engendré une forte surmortalité dans notre pays. Ce terme fait référence au nombre de décès supplémentaires enregistrés par rapport à la moyenne durant une ‘période normale’, dans ce cas-ci une période sans coronavirus.

En 2020, 14.400 décès supplémentaires ont d’ores et déjà été enregistrés, ce qui montre clairement que cette année devrait sans nul doute être l’année d’après-guerre la plus meurtrière, et ce même si la surmortalité baisse en décembre.

D’ici la fin de l’année, la Belgique devrait enregistrer une surmortalité d’environ 15.000 personnes.

Lire aussi: