100 jours de guerre en Ukraine : 4 leçons sur la guerre moderne

Il y a exactement 101 jours, le 24 février, les premières roquettes et les premiers soldats russes se sont retrouvés en Ukraine. Depuis, la Russie a réussi à conquérir 20% du territoire ukrainien. La guerre est extrêmement cruelle, mais elle nous apprend aussi des choses sur l’avenir de la guerre moderne.

L’objectif premier de « l’opération militaire spéciale » russe était la conquête complète de l’Ukraine, afin de « dénazifier » le pays et sa structure étatique. Cet objectif n’a pas encore été atteint: l’offensive autour de Kiev a été stoppée, et les deuxième et troisième plus grandes villes, Kharkiv et Odessa, restent également aux mains des Ukrainiens.

Cependant, dans les oblasts (provinces) de Louhansk et de Donetsk, la situation est moins rose. Marioupol a été conquise, de sorte que la Russie contrôle désormais totalement la zone située entre les États satellites pro-russes d’Ukraine et la péninsule de Crimée annexée. Pendant ce temps, la bataille pour Sievierodonetsk, la dernière grande ville de Louhansk, qui, à l’heure où nous écrivons ces lignes, est encore partiellement aux mains des Ukrainiens, fait rage.

1. Ne sous-estimez pas le pouvoir des médias (sociaux)

Dans le conflit actuel, les médias et les réseaux sociaux ont joué et jouent un rôle important – et ce sera probablement encore le cas dans les prochains. Volodymyr Zelensky s’adresse régulièrement au monde, et les images du président ukrainien et de son administration, en tenue de guerre, défilant dans les rues de Kiev pour exhorter ses hommes à combattre, sont entrées dans la mémoire collective.

Il a visité Bolshaya, la banlieue de Kiev où les occupants russes ont opprimé, violé et brutalement assassiné la population locale sans sommation, avec de nombreux politiciens européens dans son sillage. Par sa forte présence dans les médias mondiaux et sur les réseaux sociaux, Zelensky tente de maintenir le moral de ses soldats et de gagner plus de soutien au niveau international, afin de forcer l’assistance militaire. Avec succès.

En outre, la numérisation semble jouer un rôle majeur dans la guerre elle-même. Pendant la tentative de siège de Kiev, les habitants des villages et villes occupés par les Russes ont utilisé l’application Diia, qui permet aux Ukrainiens de sauvegarder des documents numériques, tels que les permis de conduire ou les passeports COVID, en temps de paix. Pendant la guerre, l’application est désormais utilisée pour partager la localisation des soldats russes avec l’armée ukrainienne.

Telegram, une application de chat crypté, a également apporté sa contribution : les services de renseignement ukrainiens ont lancé un chatbot appelé « STOP Russian War », où les citoyens peuvent partager des informations sur les troupes russes, complétées par une localisation sur Google Maps. Les données envoyées sont vérifiées par des agents et transmises à l’état-major ukrainien.

2. Les drones armés changent la donne

Les drones sont utilisés depuis des années dans des conflits à travers le monde: la CIA les a utilisés entre 2004 et 2018 au Pakistan pour éliminer des chefs talibans et d’Al-Qaida, et au Yémen également (où, plus récemment, des rebelles houthis ont aussi été tués par des drones).

L’Ukraine dispose elle aussi de drones, notamment les Bayraktar TB2 turcs. Depuis le début de l’invasion, ils ont été utilisés pour cartographier les positions des troupes ennemies et ensuite les bombarder. Contrairement au Pakistan ou au Yémen, les drones sont même utilisés pour faire exploser des chars et des navires, et l’Ukraine en reçoit de plus en plus grâce aux livraisons d’armes de l’Occident.

L’Ukraine devrait également être particulièrement reconnaissante envers le peuple lituanien et le fabricant de drones. Une plateforme médiatique lituanienne a mis en place une campagne de crowdfunding pour récolter cinq millions d’euros, avec lesquels le pays achèterait un TB2 turc pour en faire don à l’Ukraine. Trois jours plus tard, la somme demandée avait déjà été réunie, mais Bayraktar – avec la complicité d’Ankara – a décidé de récompenser cette solidarité et de faire don du drone gratuitement. Les cinq millions seront maintenant utilisés pour des munitions et du soutien (dont on ne connaît pas encore la forme exacte) à l’Ukraine.

En outre, les États-Unis lui fournissent d’autres types de drones, kamikazes, dont le Phoenix Ghost et le Switchblade. Aujourd’hui, les drones peuvent identifier des cibles à grande distance et les attaquer avec une grande précision, sans devenir eux-mêmes la cible de contre-feux. Un avantage supplémentaire est qu’il n’y a pas de pilote impliqué: crash de drone vaut mieux que celui d’un avion de chasse.

Il n’est plus possible de nier que les drones font partie du champ de bataille, aujourd’hui et à l’avenir. Ils conviennent à divers scénarios, sont relativement faciles à contrôler et peuvent causer de gros dégâts. Avec un bon armement, les navires et les véhicules, même les chars, peuvent être mis hors d’état de nuire sans que le pilote ne soit réellement en danger.

3. Laissez l’infanterie s’autoréguler

La guerre en Ukraine montre également une différence significative entre l’organisation des troupes russes et ukrainiennes. Là où la Russie aime centraliser le commandement de l’armée (comment pourrait-il en être autrement avec un autocrate au pouvoir), l’armée ukrainienne travaille de manière beaucoup plus indépendante.

Ainsi, les différentes unités sont beaucoup plus rapides et réactives, ce qui est particulièrement utile lorsque vous vous battez comme David contre Goliath. En tant que pays défenseur, un grand plan général est également beaucoup moins nécessaire ; l’objectif est simple en soi. Son fonctionnement a des liens clairs avec la façon dont le bloc de l’OTAN entraîne ses différentes forces.

Cette tactique est très efficace, par exemple pour libérer la région autour de Kiev, puis tout le nord-est de l’Ukraine. En outre, une telle structure de l’armée, où le commandement central a beaucoup moins d’influence et a moins à dire, est très dépendante de la confiance dans les officiers inférieurs.

4. Un ours de cirque maladroit

Ensuite, il y a la Russie. Le pays compte beaucoup plus de soldats et semble moins se préoccuper de leur santé physique et mentale. L’objectif, la conquête de l’Ukraine, devait être atteint à tout prix. Cela ne semble pas fonctionner pour le moment. Les grandes unités peu maniables sont également souvent mal informées sur le terrain et la résistance des Ukrainiens, qui opèrent souvent dans ce qui s’assimile à une guérilla.

De plus, Vladimir Poutine, comme Adolf Hitler à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ne semble pas faire confiance au commandement de son armée. Des dizaines d’officiers sont morts, d’autres sont remplacés au pied levé. En avril, Alexandre Dvornikov, qui avait terrorisé la population locale en Syrie, a été nommé commandant en chef de l’invasion. À présent, il n’a plus donné signe de vie depuis quinze jours, ce qui soulève de sérieux doutes quant à son maintien en fonction.

Cette méfiance se poursuit aussi à des niveaux inférieurs. Chaque manœuvre doit être discutée avec l’administration centrale à Moscou, ce qui signifie que, en théorie, Poutine lui-même donne les ordres pour des groupes de combat de 1.500 soldats : le travail d’un colonel moyen. La traversée ratée du Donets, il y a quelques semaines, en est la preuve parfaite. Une machine trop lourde et trop lente affronte des unités ukrainiennes plus petites et beaucoup plus maniables.

(OD)

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20