Une voiture qui absorbe du CO2 en roulant, la prochaine solution contre le réchauffement climatique?

Une équipe d’étudiants a développé une voiture qui absorbe du CO2 lorsqu’elle roule. Une technologie qui a le potentiel de lutter contre les émissions de carbone du secteur routier.

Les voitures sont un des problèmes du réchauffement climatique, avec les émission de CO2. Mais elles pourraient aussi être une des solutions pour lutter contre le dioxyde de carbone : voici une voiture qui comporte un système de captation de carbone.

Le projet est développé par une équipe de 35 étudiants de la Eindhoven University of Technology, aux Pays-Bas. Il s’agit d’un véhicule électrique qu’ils ont baptisé ZEM, pour Zero Emission Mobility, rapporte Electrek. L’équipe est actuellement en tournée de présentation aux Etats-Unis.

10 ZEM pour un arbre

La technologie de la captaion du carbone n’en est encore qu’à ses balbutiements. La ZEM pourrait capter 2 kilos de CO2 sur environ 30.000 kilomètres parcourus. Il faudrait 10 ZEM pour capter autant de carbone qu’un arbre peut en absorber.

Mais dans les années à venir, l’équipe voudrait augmenter les capacités de la voiture. Elle attend d’ailleurs un brevet pour la technologie.

Ce bolide aux allures sportives a beau absorber du carbone en roulant, ce n’est pas son seul aspect éco-responsable. Comme son nom l’indique, le « zéro-émissions » est aussi respecté lors de la production. De nombreuses parties de la voiture sont imprimées en 3D à base de plastique recyclé. A en croire la vidéo suivante, elle comporterait également des panneaux solaires sur le toit et le capot.

Possible à plus grande échelle?

« Nous voulons titiller l’industrie en montrant ce qui est déjà possible. Si 35 étudiants peuvent concevoir, développer et construire une voiture presque neutre en carbone en un an, alors il y a aussi des opportunités et des possibilités pour l’industrie », explique Nikko Okkels, un des étudiants travaillant sur le projet.

Le transport routier, par camion et par voiture, est une des principales sources de pollution. Une telle technologie, implémentée sur des véhicules, pourrait donc déjà aider à réduire les émissions. Dans les airs, la même technique serait possible : les forces aériennes américaines ont déjà annoncé des projets de captation directe dans l’air. Pour l’instant, les principaux projets de captation de carbone ont lieu sur les sites industriels (et cela ne se passe pour l’instant pas sans failles). Le carbone capté, sur un site industriel ou sur la route, peut ensuite être réutilisé, soit comme CO2, nécessaire par exemple pour la bière, ou peut être transformé en carburant « propre ».

Enlever le carbone présent dans l’atmosphère, tout en réduisant également les émissions, peut aussi être une manière de lutter contre ce qu’on appelle le « réchauffement acquis » : le carbone qui est déjà dans l’air et qui continuera à réchauffer le climat, même si on stoppait net toute émission maintenant.

Mais un frein au déploiement plus large de telles technologies est aujourd’hui encore le prix. Pour la ZEM, le prix n’est pas indiqué. Mais une production de masse pourrait en tout cas faire diminuer le prix.

Plus
Marchés
Ma liste de suivi
Marchés
BEL20