Voici les recommandations finales du groupe d’experts pour le déconfinement

Isopix

Alors que le Conseil national de sécurité (CNS) se réunit ce vendredi après-midi à 14h30, on en sait plus sur le rapport définitif qui a été rédigé par l’équipe de dix experts (5 scientifiques, 3 profils économiques, 1 profil social, 1 juriste) en vue du futur déconfinement. Les décisions finales reviendront cependant au politique.

Selon le rapport du ‘groupe d’experts en charge de l’exit strategy’ (GEES), plusieurs prérequis sont indispensables avant de lancer un déconfinement, qui se fera de toute façon de manière lente et progressive. Et en cas de dégradation de la situation sanitaire, un retour en arrière vers des mesures à nouveau plus strictes demeure possible.

  • Le nombre d’hospitalisations devra rester ‘gérable’, sous la barre des 200 nouvelles admissions par jour.
  • 25.000 tests PCR devront pouvoir être effectués quotidiennement.
  • La population devra continuer à réduire les contacts humains et le port du masque devra se généraliser.

Par ailleurs, une équipe de 2.000 personnes devra être mise sur pied pour assurer le suivi des personnes testées positives au virus.

Relancer l’économie, et certains commerces

Si ces prérequis sont remplis, le déconfinement pourrait être amorcé à partir du 4 mai avec la remise au travail de quelque 700.000 personnes. Là où c’est possible, le télétravail resterait obligatoire. La construction, l’industrie manufacturière, le commerce de gros ou les transports pourraient également redémarrer à condition de respecter la distanciation physique et le port du masque. Toutes les règles à suivre devront être reprises dans des protocoles propres à chaque secteur.

Un certain nombre, assez limité, de commerces pourraient également rouvrir leurs portes: quincailleries, magasins de matériaux de construction, tapis, peinture, éclairage, de textiles qui permettent la confection de masques ou de réparation de vélos. Garagiste ou agent immobilier pourraient également reprendre leur activité, mais seulement sur rendez-vous. Les services de livraison ou les commandes à venir chercher sur place pourraient par ailleurs être autorisées pour les autres commerces.

Parcs, loisirs, transports, soirées privées…

Les experts du GEES estiment que les parcs pourraient être rouverts, avec l’accord des bourgmestres concernés, mais pas les plaines de jeux.

Tous les sports en extérieur, et sans contact physique direct, pourraient être à nouveau autorisés: équitation, pétanque, tennis, pêche, athlétisme, etc. Mais ceux-ci ne pourront être pratiqués qu’avec les personnes vivant sous le même toit ou avec deux autres personnes, mais toujours les mêmes.

Les sports collectifs pourraient également reprendre à la condition de respecter la distanciation physique et en présence d’un coach.

Les experts plaident également pour une relance des transports publics, mais seulement en y imposant le port du masque.

Concernant les réunions privées, le groupe d’experts a préféré ne pas se prononcer et laisser la main au politique sur cette question.

La suite? Écoles, commerces, etc.

Si ces mesures sont respectées, le groupe d’experts estime que l’on ne devrait pas assister à un second pic épidémique. Il propose de procéder à plusieurs évaluations durant la première partie du mois de mai, avant de peut-être lancer une nouvelle salves d’assouplissements des mesures à partir du 18 mai.

Cette seconde vague concernerait le milieu scolaire, qui pourrait en partie rouvrir, et les autres commerces, voire peut-être les musées.

Les restaurants, bars, théâtres, cinémas, etc. devront encore patienter.

Les questions sur les réunions de moins de 50 personnes ou les déplacements à l’intérieur du territoire belge seront examinées au cours des prochaines semaines.