Fuite sur le déconfinement: Wilmès regrette, Calvo évoque un acte ‘criminel’

Sophie Wilmes (MR)
Isopix

La Première ministre Sophie Wilmès a dit regretter ce mercredi la fuite d’une partie du rapport regroupant les recommandations des experts concernant le futur déconfinement, alors que le Conseil national de sécurité n’est prévu que vendredi.

‘Nous regrettons cette fuite. Les défis qui nous attendent sont trop importants pour présenter à la légère des informations non-validées’, a déclaré le cabinet de la Première ministre, relayé par Belga.

‘Les réponses viendront vendredi, pas avant’

‘Les réunions sont toujours en cours, y compris au niveau des experts eux-mêmes’, a poursuivi le cabinet de Sophie Wilmès. ‘Une prudence extrême est donc requise. Les réponses viendront vendredi, pas avant.’

Le virologue Marc Van Ranst a pour sa part souligné à la VRT qu’il ne s’agissait là que d’une ébauche préparatoire. Il pointe du doigt le monde politique, d’où serait venue la fuite.

‘Une fuite sur un tel document est criminel’

Kristof Calvo (Ecolo-Groen) a réclamé, à la Chambre, qu’une enquête soit menée pour identifier l’origine de la fuite. ‘Qu’il y ait une fuite sur un tel document est criminel. Nous avons besoin de sérénité et de clarté. Une enquête sur ce genre de chose est exceptionnelle mais nous devons faire un exemple’.

Ce mercredi matin, le journal Le Soir a dévoilé une partie du rapport des experts du GEES. Selon celui-ci, le déconfinement se déroulerait en plusieurs phases, avec une reprise de la vie économique et sociale dès le 4 mai.