Une enquête sur l’empoisonnement de Navalny révèle la paranoïa au Kremlin

Une équipe d’élite de l’agence de renseignement russe FSB, comprenant notamment des experts en armes chimiques, a suivi de près le chef de l’opposition Alexei Navalny pendant trois ans. Jusqu’au moment où il a failli mourir des suites d’un empoisonnement au Novichok, un gaz neurotoxique. C’est ce que révèlent les recherches du collectif d’investigation, Bellingcat.

Navalny est actuellement encore en convalescence à Berlin après avoir été empoisonné en Sibérie le 20 août au Novichok, un agent neurotoxique de l’époque soviétique. L’Union européenne a prononcé des sanctions à l’encontre du patron du FSB, Alexander Bortnikov pour avoir commandité cette attaque. Le FSB est le successeur du KGB, les tristement célèbres services de renseignement de l’Union soviétique.

Bellingcat, un collectif de journalistes d’investigation et de data analystes, mène des recherches en utilisant des données accessibles au public. À l’aide de données téléphoniques, d’informations sur des vols et de métadonnées, Bellingcat a cartographié la surveillance de Navalny par des agents du FSB au cours de plus de 30 voyages à destination et en provenance de Moscou. Cela a commencé en 2017, peu de temps après que Navalny ait annoncé pour la première fois qu’il allait se présenter à la présidence russe.

Les agents du FSG qui auraient suivi Navalny au cours des 3 dernières années (Navalny.com)

Des médecins-espions

Les chercheurs ont identifié une unité d’élite composée de six à dix agents, qui surveillaient constamment et méticuleusement les faits et gestes de l’opposant à Vladimir Poutine. Le plus remarquable est que les agents étaient tantôt des médecins, tantôt des toxicologues de formation. Le commandant de l’unité était en contact direct avec les chefs du FSB et avec l’institut scientifique derrière le programme controversé Novichok du gouvernement russe. Les données de télécommunications montrent que ces trois acteurs se contactaient beaucoup plus souvent lorsque Navalny voyageait, il était donc beaucoup plus surveillé.

Un exemple. La famille de Navalny a visité l’enclave russe de Kaliningrad en juillet dernier. L’épouse de l’homme politique est alors tombée malade. Selon les experts de l’époque, cela ressemblait à une intoxication due à une faible dose de Novichok. Au moins trois membres de l’unité FSB se sont rendus dans la même région, assez éloignée de la capitale, au même moment.

Les documents de vol montrent également que Navalny était également suivi de près par deux petites équipes du FSB, lors de son voyage en Sibérie qui l’a presque mené à la mort.

‘Les sanctions européennes ne sont pas déplacées’

Pour cette recherche, Bellingcat a collaboré avec CNN, le site d’information indépendante russe The Insider et le magazine allemand Der Spiegel. La chaîne d’information américaine CNN écrit qu’elle ‘ne peut pas confirmer avec certitude’ que le FSB ait empoisonné Navalny, ‘mais les activités de juillet et août suggèrent que les sanctions européennes contre Bortnikov ne sont pas déplacées’.

‘Nous ne pouvons pas ouvrir une enquête judiciaire chaque fois que quelqu’un échappe à la mort.’

Le président russe Vladimir Poutine à propos de l’empoisonnement de Navalny

Le gouvernement russe nie toute implication. Aucune enquête officielle n’a encore été ouverte sur l’empoisonnement du chef de l’opposition. Cela s’est passé sur le territoire russe, donc seul le Kremlin peut le commander. Il y a peu de chances qu’une telle chose se produise, a déclaré Poutine vendredi dernier: ‘Nous ne pouvons pas ouvrir une enquête judiciaire chaque fois que quelqu’un échappe à la mort’.

Navalny en personne a annoncé les résultats de l’enquête sur sa chaîne YouTube. Sur son site Internet, il s’adresse personnellement aux agents du FSB: ‘Je veux dire quelques mots au FSB et aux services de police: n’avez-vous pas honte de travailler pour ce système?’.

Plus
Lire plus...
Marchés
BEL20