Une centrale électrique virtuelle activée pour la première fois en Belgique: ‘Une alternative écologique rentable et efficace’

Les centrales nucléaires doivent normalement fermer en Belgique d’ici 2025 – Isopix

Une centrale électrique virtuelle a été activée pour la première fois dans les deux sens en Belgique. C’est également une première en Europe qu’une centrale électrique virtuelle basée uniquement sur des batteries et des procédés industriels ait été activée en même temps dans la Réserve Primaire et Secondaire d’Elia, indique mercredi Centrica Business Solutions, une société internationale d’énergie et de services.

Centrica Business Solutions a franchi avec la batterie qu’elle gère pour le compte de Terhills NV, une filiale de la société d’investissement du Limbourg LRM, cette étape importante pour soutenir le réseau électrique de façon ‘encore plus efficace’.

La batterie est maintenant ouverte à la Réserve Secondaire auprès d’Elia, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité à haute tension. Concrètement, la batterie absorbe l’électricité lorsqu’il y a un excès et la réinjecte dans le réseau en cas de pénurie. Grâce à l’installation de batteries de Terhills NV, Centrica peut soutenir le réseau sans émettre de CO2 et à moindre coût que les centrales électriques, explique Centrica.

‘Ces nouvelles ‘centrales électriques virtuelles’ reposant sur des batteries sont amenées à poursuivre leur développement en Belgique. Elles offrent une alternative écologique rentable et efficace, parfaitement adaptée à l’équilibre du réseau électrique en temps réel. Ces alternatives n’émettent pas de CO2 et représentent un coût d’investissement bien moindre’, explique Arno van Mourik, directeur Centrica Business Solutions International.