Un médicament israélien contre les rhumatismes est-il la solution contre le Covid-19?

Israël vaccinatie
isopix

Un hôpital israélien a testé un médicament contre les rhumatismes sur une trentaine de patients atteints du coronavirus. Ils se sont tous rétablis rapidement de la maladie. Ce test annonce-t-il la fin du Covid-19 ?

Les programmes de vaccination se déploient aux quatre coins du monde pour endiguer la pandémie de Covid-19. Mais de nombreuses personnes tombent toujours malades. Un médicament reste donc le bienvenu. En Israël, un hôpital a testé l’EXO-CD24, un médicament contre les rhumatismes. Tous les patients qui ont reçu le traitement sont à présent guéris. Mais est-ce vraiment un médicament miracle ?

Le diable se cache dans les détails

Pour envisager la réelle portée de cette étude, allons un peu plus loin dans les détails. Seules 30 personnes ont reçu le médicament. 29 d’entre elles ont guéri en quelques jours. Pour la dernière, cela a pris un peu plus de temps. L’EXO-CD24 s’administre via à un inhalateur, pendant 5 jours. Il n’y a aucun effet secondaire.

Ce médicament contre les rhumatismes n’est pas le premier du genre à être testés dans le monde, notamment à Utrecht. Une théorie sur le Covid-19 est qu’il provoque un ‘orage de cytokines’, qui peut être mortel. Il s’agit d’une réaction excessive du système immunitaire causée par le virus.

Stopper l‘orage de cytokines

Les protéines de l’EXO-CD24 empêchent l’orage de cytokines de s’enclencher ou de s’aggraver. Du moins, c’est l’hypothèse des médecins israéliens. Un médicament similaire est d’ailleurs testé dans notre pays. Il n’a toutefois pas encore été approuvé par l’Agence européenne des médicaments pour une utilisation contre le Covid-19.

L’EMA prend énormément de précautions avant d’autoriser un médicament. Entre autres, parce que de nombreux médicaments ont été considérés trop rapidement comme un traitement miracle. On se souvient encore de la débâcle du Remdesivir, le médicament contre le Ebola élaboré par Gilead. Un mois après l’approbation, les effets sur le Covid-19 n’étaient pas aussi importants qu’espérés. À l’époque, le président américain Donald Trump l’avait déjà reçu.

Aucun groupe témoin

L’un des gros problèmes de cette étude est qu’en plus de porter sur un tout petit nombre, il n’y a pas eu de groupe témoin. Il faut donc rester prudent. Les résultats impressionnants ne sont peut-être pas concluants. Cette précaution a également été confirmée par le professeur Brecht Lambrecht, spécialiste des poumons à l’UZ Gent, à Radio 2.

‘Nous développons ici un médicament similaire avec le lukin. Cela existe déjà mais n’a pas encore été approuvé comme traitement pour le coronavirus’, explique-t-il. Et d’ajouter au sujet du EXO-CD24, ‘Malheureusement, ils n’ont pas créé de groupe de contrôle’.

‘Il existe de nombreux médicaments contre les rhumatismes qui conviennent comme traitement contre le coronavirus. L’un d’entre eux est déjà utilisé en Angleterre. Et même s’il est prêt dans les tiroirs des pharmaciens, il faut ici attendre l’approbation de la Commission européenne des médicaments. Une belle étude a déjà été faite à ce sujet à Utrecht et nous voulons également la tester chez nous.’