Starlink, ISS et maintenant Tesla: Elon Musk est sur tous les fronts en Ukraine, à défaut de trouver de la reconnaissance chez lui

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, Elon Musk s’active. Via SpaceX et Tesla, l’homme le plus riche du monde prend des décisions permettant d’aider le peuple ukrainien.

Depuis le début du conflit, on pouvait facilement imaginer comment Elon Musk pouvait apporter son soutien aux Ukrainiens via SpaceX. Interpelé par le Vice-ministre ukrainien Mykhailo Fedorov, il a pris la décision d’y envoyer des terminaux de Starlink pour apporter une connexion à internet dans les endroits touchés par les frappes de l’armée russe. Une cargaison est déjà arrivée en début de semaine.

L’homme le plus riche du monde a aussi dit être prêt à mobiliser SpaceX si la Station Spatiale Internationale venait à être menacée par le conflit en Ukraine et les vives tensions dans les relations russo-américaines.

« Si vous bloquez la coopération avec nous, qui sauvera l’ISS d’une chute incontrôlée sur les États-Unis ou l’Europe ? », a écrit le directeur de l’agence spatiale russe Roscosmos sur Twitter. Elon Musk lui a directement répondu avec un logo de SpaceX.

Les Superchargeurs Tesla en appui

On imaginait plus difficilement comment Elon Musk allait pouvoir être utile aux Ukrainiens via Tesla, l’entreprise n’ayant aucune activité dans le pays. Mais il a trouvé la parade.

Le patron de Tesla a fait savoir que quatre Superchageurs situés non loin des frontières ukrainiennes devenaient gratuits pour tous les véhicules électriques, y compris ceux d’autres marques. Les stations concernées se trouvent à Trzebownisko (Pologne), Košice (Slovaquie), Miskolc et Debrecen (Hongrie).

« Nous espérons que cela vous aidera à avoir l’esprit tranquille pour vous rendre dans un endroit sûr », a déclaré Tesla dans un mail envoyé aux gérants des Superchargeurs concernés, rapporte Electrek.

L’objectif est de soutenir les centaines de milliers d’Ukrainiens contraints de fuir leur pays par l’ouest. Selon des chiffres donnés mardi par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), une entité de l’ONU, 677.243 ont fui l’Ukraine depuis que la guerre a éclaté, jeudi.

Tesla avait déjà ouvert ses Superchargeurs à des véhicules d’autres marques, avec un projet pilote mené aux Pays-Bas depuis quelques mois. Elle avait également déjà offert la gratuité de la charge aux propriétaires de voitures de sa marque dans des régions touchées par des catastrophes naturelles, notamment suite à des ouragans aux Etats-Unis. Mais cette opération à l’ouest de l’Ukraine marque deux premières: la charge gratuite déclenchée suite à une guerre, et la charge gratuite proposée à des véhicules autres que Tesla.

A nouveau snobé par Biden

Dans un autre registre, bien moins tragique, la querelle entre Joe Biden et Elon Musk s’est poursuivie mardi soir. A l’occasion de son discours sur l’état de l’Union, le président américain n’a pas parlé de Tesla. Il a pourtant vanté les investissements combinés de 18 milliards de dollars de Ford et GM pour construire des véhicules électriques.

Un énième épisode d’une saga qui voit Biden snober Tesla – principalement car elle n’a pas de travailleur syndiqué aux USA – et Musk lui adresser des piques, parfois très virulentes. Il n’a d’ailleurs pas manqué l’occasion de lui en lancer une nouvelle mardi, déclarant à CNBC que, de toute façon, « personne ne regarde le discours sur l’état de l’Union ».

Plus
Marchés
My following
Marchés
BEL20