Semi-conducteurs : pourquoi la Chine et les États-Unis ne déclencheront pas une guerre à propos de Taïwan

L’animosité entre la Chine et Taïwan s’est accrue ces dernières semaines. Des rapports sur une invasion imminente font surface. Le Parti communiste chinois (PCC) considère la « réunification » avec Taïwan – une démocratie autonome qu’il n’a jamais gouvernée – comme une question clé non résolue sur la voie de son « grand rajeunissement ». Taïwan ne veut pas en entendre. Un conflit régional, donc, si ce n’est que Taïwan produit 80 % des semi-conducteurs du monde. Le Taïwanais TSMC est le champion du monde dans ce domaine. Outre la Chine, les fabricants américains dépendent encore largement de TSMC pour produire leurs voitures, ordinateurs, smartphones et bien d’autres choses encore.

Pourquoi est-ce important ?

Les États-Unis et la Chine dépendent tous deux de Taïwan pour leurs semi-conducteurs. Mais contrairement à la croyance populaire, les États-Unis ne considèrent pas la question de Taïwan comme un problème politique. L'administration Trump n'a pas bougé lorsque les Chinois ont pris le contrôle de Hong Kong et y ont étouffé la démocratie. Si les Chinois devaient envahir Taïwan demain, les chances sont faibles pour que des soldats américains "meurent pour Taïwan". Pendant ce temps, une solution au problème des semi-conducteurs semble être en cours d'élaboration.

La Chine et les États-Unis : un couple qui ne se supporte plus, mais qui a trop d’enfants pour se séparer

Un scénario plus probable est le suivant : la Chine attendra que les États-Unis soient autosuffisants en matière de semi-conducteurs, tout comme l’Amérique est devenue autosuffisante en matière de pétrole. Une fois que cela se produit, la Chine peut annexer Taïwan sans tirer un coup de feu.

Mais d’ici là, comment résoudre le problème des semi-conducteurs ? Selon Ian Bremmer, politologue américain et fondateur du cabinet de recherche et de conseil sur le risque politique Eurasia Group, la Chine et les États-Unis sont « comme un couple qui ne se supporte plus, mais qui a trop d’enfants pour se séparer ». Les deux pays sont devenus tellement interdépendants qu’un conflit armé provoquerait immédiatement l’effondrement des deux économies.

Une guerre des semi-conducteurs – présentée par de nombreux médias comme inévitable – n’aura donc jamais lieu, selon Bremmer. Les deux pays préfèrent le statu quo à un conflit militaire. La Chine et les États-Unis investissent des milliards dans l’industrie des semi-conducteurs, mais restent pour l’instant très dépendants de TSMC, qui exporte 80 % de sa production dans le reste du monde.

Deux usines de semi-conducteurs d’avant-dernière génération

Les États-Unis ont maintenant demandé à TSMC de devenir un partenaire privilégié de l’armée américaine. Pour ce faire, une usine devrait être construite en Arizona. L’Amérique est prête à subventionner cette construction avec l’argent des contribuables. Dès lors que l’entreprise est un partenaire du complexe militaro-industriel américain, les États-Unis pourraient – au nom de la sécurité nationale – interdire l’exportation de semi-conducteurs. Cela bouleverserait complètement le statu quo, car les Chinois ont besoin de ces semi-conducteurs. Un tel scénario fournirait l’occasion parfaite pour la Chine d’annexer l’île. Ce qui, à son tour, est un problème pour Taïwan.

Mais selon Bremmer, cela n’arrivera pas. TSMC résoudrait le problème en construisant deux usines : une aux États-Unis et une en Chine. Les deux usines ne construiraient pas de semi-conducteurs de la dernière génération (3 nanomètres), mais des semi-conducteurs de l’avant-dernière génération (5 nanomètres). La course aux armements actuelle est donc prolongée par une ambiguïté technologique. Un scénario, d’ailleurs, qui est décrit dans le dernier rapport de la Commission de sécurité nationale sur l’intelligence artificielle (NSCAI).

Selon Bremmer, c’est loin d’être une solution idéale, mais il n’y a pas d’autre voie que celle-ci pour éviter une escalade totale et des risques massifs pour les deux pays. Une chose que les deux pays ne comprennent que trop bien.

Plus
My following

Analyse boursière: Degroof Petercam augmente l’objectif de cours Brederode

03/12/2021 09:15

(ABM FN) Degroof Petercam a augmenté l’objectif de cours pour Brederode de 117 à 135 euros avec une recommandation Conserver inchangée. C'est ce que révèle un rapport de l'analyste Joren Van Aken publié vendredi. 

Après la mise à jour trimestrielle de la société holding, l'analyste s'est à nouveau penché sur la décote de l'action. Selon Van Aken, un rabais de 3 pour cent est trop conservateur, et il l'a donc porté à une prime de 4 pour cent.

Lire plus...
Marchés
Lire plus...
Marchés
My following
Marchés
BEL20